Grippe A/H1N1, la France a le virus du Tamiflu

Avec la grippe A/H1N1, sommes-nous en train de vivre la grande pandémie grippale dont on pressent l’arrivée depuis plusieurs années ou s’agit-il seulement d’une répétition générale ? Quoi qu’il en soit, la vraie vedette de cette attaque virale est le Tamiflu…

Même si l’épidémie est encore trop récente pour avoir une idée précise de sa virulence, on peut tout de même dire que le taux de mortalité devrait être bien inférieur à celui de la grippe classique qui sévit chaque année. Rappelons que celle-ci est à l’origine d’environ 2 000 décès en France.

Mais ce n’est pas le discours que nous tiennent les autorités. Elles préfèrent nous rappeler, à longueur d’interventions télévisées que toutes les dispositions ont été prises. Quelles sont ces dispositions ? Elles tiennent en fait en un seul mot : Tamiflu. Pourtant rien ne nous permet de dire pour le moment que ce médicament conçu pour lutter contre la grippe aviaire (H5N1) soit réellement efficace contre ce nouveau virus. On sait d’abord que le médicament perd son efficacité s’il n’est pas administré immédiatement. Bizarre… On a aussi du mal à discerner si le virus de la grippe A, plutôt bénin pour le moment, ne disparaît pas tout seul au bout de quelques jours, même si l’on nous dit que c’est le Tamiflu qui en vient à bout. Enfin, il faut savoir que ce médicament ne présente aucune efficacité en prévention. Ce qui n’empêche pas le protocole français de prévoir un traitement antiviral pour les personnes qui ont été en contact avec une personne malade. Une stratégie qui peut au contraire favoriser le développement d’une souche résistante au Tamiflu. En résumé, pour le moment l’effet du Tamiflu se fait surtout sentir chez le gouvernement, bien content de justifier sa commande de quelque 33 millions de doses qui, soit dit en passant, seront bientôt périmées. Mais les labos planchent déjà sur le vaccin, quelle chance, nous allons pouvoir en stocker en fin d’année.

Comment réagir contre le virus grippal ?

Pratique et 100 % naturel : 

  • En prévention, comme pour toute grippe, il s’agit de renforcer ses défenses immunitaires, en choisissant parmi les plantes ou extraits de plantes suivants : l’acérola, la papaye fermentée, l’échinacée. En aromathérapie, l’huile essentielle de saro (Cinnamosma fragrans) est un bon tonique immunitaire, associé au ravintsara, antiviral (2 gouttes sur les poignets chaque jour).
     
  • Dès les premiers symptômes (fièvre, toux, maux de gorge, courbatures) : en aromathérapie, la formule préconisée par le Dr Willem lors de la grippe aviaire reste d’actualité. Confectionnez une huile de massage avec une proportion de 1 pour 10 d’huiles essentielles comme le ravintsara, l’Eucalyptus radiata, le niaouli, la menthe poivrée. S’enduire le corps, puis les mains plusieurs fois par jour.

Deux remèdes aux HE peuvent être utilisés en préventif et en curatif :