Les malades de Lyme enfin entendus ?

C’est une belle victoire contre le déni de la borréliose. Au lieu de condamner Viviane Schaller et Bernard Christophe à un an de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende comme l’attendaient les caciques de la médecine conventionnelle, Benoît Jauhlac en tête, le tribunal de Strasbourg a décidé de reporter le procès au 14 mai prochain, demandant un supplément d’enquête scientifique. Revenons sur les faits.

Viviane Schaller, biologiste et gérante du laboratoire d’analyse éponyme spécialisé dans le diagnostic de la maladie de Lyme, est poursuivie pour avoir appliqué des protocoles de test non homologués par les autorités sanitaires mais qui ont permis de diagnostiquer la borréliose chez des milliers de patients ; quant au second, diplômé en pharmacie, il est poursuivi pour avoir fabriqué et commercialisé le Tic Tox, un remède contre la maladie de Lyme à base d’huile essentielle de sauge.

À l’appel de l’association Lyme sans frontière, 15 000 pétitionnaires soutiennent les deux accusés. Leur voix a visiblement couvert celle du vice-procureur Lydia Pflug qui parlait de « créneau porteur pour deux mégalos qui ont commis des actes illégaux en tout conscience, sous couvert d’une pseudo-motivation humanitaire pour faire prospérer leurs petites affaires ». De façon définitive ?

 

À lire :

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :