Les pressings à nouveau accusés

Une information judiciaire a été ouverte à Nice pour homicide involontaire, lié aux émanations de perchloroéthylène provenant d’un pressing.

En effet l’autopsie d’une retraitée habitant juste au-dessus d’un commerce de ce type a révélé qu’elle avait été intoxiquée au perchloroéthylène. On connaît le fort pouvoir toxique de ce composé organique volatil sur les voies respiratoires, les yeux, le foie, les reins. Au-delà d’un certain seuil, les effets sont irréversibles et il est classé comme un cancérogène probable.

Mais ce solvant des corps gras continue à être massivement utilisé dans les pressings alors que des alternatives existent.