Maladie d’Alzheimer : la stimulation sensorielle comme thérapie

Qu’elle soit pratiquée en établissement ou à domicile, la stimulation sensorielle est source d’un mieux-être incontestable chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle permet à la fois de développer une communication non verbale avec le malade, de réduire son anxiété, son agitation ainsi que divers troubles du comportement, et de maintenir ses capacités tout en améliorant son état général.

 

Pour les autorités de santé françaises, la prise en charge « non médicamenteuse » de la maladie d’Alzheimer n’a pas grand intérêt. Un rapport publié par l’ANAES (qui dépend de la Haute Autorité de santé) a ainsi conclu, en 2003, à une « absence de preuve d’efficacité des différentes méthodes employées ». Tous ceux qui sont concernés par cette maladie sont pourtant loin de partager cet avis et s’intéressent justement à ces thérapies. L’une d’entre elles présente un bénéfice immédiat pour les patients comme pour les proches : la stimulation sensorielle. Pour l’association Société Alzheimer du Canada, qui se réfère à certaines études réalisées, il s’agit d’une « proposition palpitante : des soins qui pourraient favoriser la réparation du cerveau ». Un nombre grandissant d’établissements hospitaliers recommandent, aujourd’hui, ce type de méthode.

 

Un support privilégié de la communication

La stimulation sensorielle (qui s’adresse aux cinq sens) se révèle en effet particulièrement intéressante parce que la mémoire sensorielle est l’une des dernières préservées. « La maladie d’Alzheimer provoque des lésions très précises dans le cerveau, qui entraînent notamment la perte de la reconnaissance des visages et la perte du souvenir des noms. Ainsi, les patients n’ont plus les mots pour dire les choses, lorsque le langage a été détruit par la maladie, mais ils restent capables de reconnaître le regard et la voix », explique Jocelyne de Rotrou, neuropsychologue à l’hôpital Broca. Dans ce contexte, la stimulation sensorielle n’a pas que des effets thérapeutiques : elle peut devenir le support privilégié d’une communication non verbale entre patient et aidant, qui pourra subsister aux stades ultimes de la maladie.

Commentaires (0)

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a><br><br/><br /><p>

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Veuillez copier les caractères inclus dans l'image en respectant les majuscules et minuscules.
Conception, Réalisation, Hébergement Systonic ©