1 000 ruches exterminées dans les p.o.

« Depuis les premiers froids du mois de novembre, les abeilles meurent en masse devant les ruches ou disparaissent au fil des jours. Sur les ruchers impactés, c’est partout le même scénario avec une poignée d’abeilles et la reine au milieu. »

Les syndicats d’apiculteurs, le GDSA et l’USAR, ont réclamé des analyses. Le résultat est sans appel : des molécules neurotoxiques ont été retrouvées dans toutes les ruches. Pointés du doigt par la profession une nouvelle fois : les pesticides !

Alertée, la chambre d’agriculture prône des recherches plus poussées avant d’envisager des mesures. Elles sont en cours… Et ça risque de durer le plus longtemps possible ! Ici, pas de mesure de précaution. Tant pis pour les abeilles, et tant pis pour les apiculteurs… On achètera du simili-miel trafiqué aux chinois ou on embauchera pour polliniser à la main !

Non content de cela, l’administration française vient d’autoriser un nouveau poison mortel pour les abeilles : le Luzindo. Cri d’alarme des apiculteurs au plan Médoc (sud-ouest). Frédéric Wielezynski, président pianais du Saga explique : « Cet insecticide larvicide et adulticide, destiné à lutter contre la cicadelle de la flavescence dorée ainsi que le metcalfa ou les vers de la grappe, est à base de thiaméthoxam et de chlorantraniliprole. Le thiaméthoxam est un néonicotinoïde dont la très forte toxicité à l’égard des abeilles est reconnue, ce qui lui a valu d’être interdit récemment par la Commission européenne sur les cultures de colza, maïs, tournesol et coton. Pour preuve, la fiche technique du fabricant indique : dangereux pour les abeilles. »

Il semble que les instances françaises jouent sur le fait que l’interdiction européenne n’a pas cité les vignobles. Mais en plus d’empoisonner le raisin et le vin que nous allons boire, le problème des débordements de l’épandage sur la flore environnante est le même. Entre des hauts fonctionnaires corrompus par les lobbyistes et des vignerons qui n’ont que faire des abeilles parce qu’ils ont fait au départ le mauvais choix du rendement chimique, il n’y a vraiment que du mal à prendre…