La spasmophilie

Concept insaisissable pour la médecine générale, la spasmophilie englobe tellement de symptômes variés et non spécifiques que les patients atteints ont bien du mal à faire reconnaître son identité.

En pratique, l’ensemble de symptômes associant des malaises, des symptômes musculaires avec fourmillements, une fatigue matinale, une anxiété diffuse, des douleurs parfois intenses, disproportionnées, des crampes… peut déjà attirer l’attention.

L’origine est toujours liée à un surmenage, une tension psychologique prolongée et des stress répétitifs.

 

En urgence

En cas de crise, respirez dans un sac plastique, cela fera monter le taux de gaz carbonique dans votre sang et la crise devrait passer en 2 à 3 minutes.

 

En traitement de fond

Avoir une alimentation équilibrée, et prendre garde au mode et au temps de cuisson afin de préserver les qualités vitaminiques des aliments. Bannissez également la consommation massive de sucre et de laitages qui décalcifie l’organisme.

Oligothérapie

  • Le Magnésium qui est souvent bas chez les personnes stressées et spasmophiles.
  • Le Manganèse-cobalt pour le terrain dysneurotonique.
  • Le Phosphore pour les contractures musculaires.
  • Le Cuivre modifie le terrain infectieux et inflammatoire : prendre 1 ampoule par jour pendant plusieurs semaines.
  • Le Lithium : 2 à 3 ampoules par jour, atténue les angoisses.

 

Acupuncture

Son action neurosédative et rééquilibrante la rend non seulement utile mais bien souvent indispensable. Le traitement d’attaque comporte des séances hebdomadaires ou bi-hebdomadaires (périodes de grand stress) suivi d’un traitement d’entretien au rythme d’une séance par mois pendant quelques mois.

 

Homéopathie

Le grand remède est Ignatia que l’on prescrit en présence de ces différents symptômes :

  • hypersensibilité nerveuse, avec manifestations erratiques.
  • soupirs et bâillements involontaires, sensation d’étouffement.
  • toux sèche, et hoquet.
  • tachycardie émotive.

Le psychisme résume l’état du spasmophile :

  • hypersensibilité.
  • précipitation anxieuse.
  • variations rapides de l’humeur – pleurs faciles.
  • introversion et rumination des soucis.

Prendre chaque jour 5 granules d’Ignatia matin et soir en 7 CH, le dimanche soir 1 dose de 15 CH.

Votre médecin homéopathe vous prescrira les autres remèdes homéopathiques selon votre terrain et vos symptômes.

L’interrogatoire précisera les différentes somatisations : syndromes prémenstruels, troubles digestifs divers, oppression, palpitations, faux angors, troubles des phanères (poils, ongles, cheveux) ayant souvent fait l’objet de nombreux examens paracliniques et biologiques qui n’ont rien donné.

Phyto-aromathérapie

La phyto-aromathérapie trouve ici une application de choix.

Les plantes sédatives et antispasmodiques :

Seront indiqués également :

 

Afin d’améliorer le sommeil :

  • le Tilleul,
  • les fleurs d’Oranger,
  • la Passiflore,
  • l’Eschscholtzia.

Vous pouvez absorber ces plantes sous forme de teinture-mère (deux fois 40 gouttes) ou en élixir de plantes (www.bien-et-bio.com)

 

Les plantes reminéralisantes :

  • Abies pectinata (Sapin pectiné) en teinture-mère (2 x 40 gouttes).
  • La Prêle, l’Ortie dioïque, la Luzerne.
  • Quercus pedonculata (Chêne) en bourgeon macérat glycériné 1D (2 x 40 gouttes).

 

Les plantes tonifiantes :

  • l’Eleutérocoque,
  • le Kola,
  • le Lapacho,
  • le Ginseng rouge,
  • le Cynorrhodon (existe en élixir).
  • H.E. de Coriandre doux,
  • Épinette noire,
  • Menthe citronnée et poivrée,
  • Thymus,
  • Ylang-Ylang.

 

Yoga

Le Yoga est réputé pour son efficacité dans ce type de pathologie. Pratiquez:

  • des respirations abdominales profondes en insistant sur l’expiration,
  • les postures du chien, du chat, du demi-pont,
  • des cycles de Kapalabathi.

 

Effets : étirement des muscles Trapèzes, ouverture de la cage thoracique, tonification des muscles du dos.

 

À lire :

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :