Le Lichen plan

Le lichen plan était, jusqu’à ces dernières années, une affection cutanée et/ou muqueuse assez peu répandue. Son développement récent reste inexpliqué. Cette affection auto-immune pourrait avoir une origine virale et sa coïncidence fréquente avec l’hépatite C confirmerait cette hypothèse. Il faut également noter que certains lichens sont iatrogènes (dus à des médicaments). Les principaux responsables sont l’or, l’arsenic, les antimalariques, l’éthambutol, la quinidine, les bêtabloquants, les dérivés thiazidiques, les tétracyclines…

L’atteinte cutanée élémentaire est une papule hexagonale, de taille variable (2 à 4 mm de diamètre), de couleur rose violine (mais elle peut être brune ou blanchâtre). Les localisations habituelles sont la face antérieure des poignets, des avant-bras, des membres inférieurs et la région lombaire. Plus exceptionnellement, on en trouve au niveau des organes génitaux externes, de la paume des mains, de la plante des pieds, et de la ceinture. La localisation aux phanères est possible, en particulier les ongles des mains et des pieds.

L’atteinte muqueuse est fréquente (50 % des cas), isolée le plus souvent ou associée à une lésion cutanée. La localisation principale est la bouche, sous forme de glossite, plus rarement les organes génitaux ou l’anus. Il s’agit de petites plaques blanches sous forme de points sur la face interne des joues ; on peut en trouver également sur la langue, les gencives, le vagin.

 

Homéopathie

L’homéopathie a une bonne réputation dans les maladies de la peau, en particulier parce que l’homéopathie prend en compte tous les symptômes du patient, y compris les symptômes mentaux. Or les dermatoses sont souvent de nature psychosomatique.

 

Les principaux remèdes homéopathiques employés seront :

  • Anacardium orientale : papules avec un centre ombiliqué ; prurit aggravé par la chaleur et le grattage.
  • Arsenicum album : lichen chronique avec papules sèches, rugueuses, écailleuses ; peau épaisse ; prurit amélioré par la chaleur.
  • Arsenicum iodatum : papules ressemblant à celles d’Arsenicum album avec des squames plus abondantes. 1 dose en 9 CH chaque semaine.
  • Kalium arsenicosum : papules confluentes avec squames ; peau sèche ; prurit aggravé par la chaleur. 1 dose en 9 CH chaque semaine.
  • Mercurius solubilis : papules suintantes et croûteuses ; lichen buccal ou vaginal. 1 dose en 9 CH chaque semaine.
  • Natrum muriaticum : médicament de fond particulièrement indiqué du fait qu’il s’agit d’une maladie auto-immune ; on retrouve souvent en pratique les caractéristiques générales de Natrum muriaticum, notamment la tendance à l’herpès, à l’allergie solaire, à l’aggravation au bord de la mer.

 

Ordonnance type

  1. Anacardium orientale 5 CH,
  2. Arsenicum album 5 CH,
  3. Natrum muriaticum 5 CH :

    3 granules de chaque en alternance trois fois par jour jusqu’à amélioration.

<!-- break -->

Gemmothérapie

  • Ribes nigrum B. mac. glyc. 1D : 50 gouttes deux fois par jour.
  • Viola tricolor teinture-mère : 40 gouttes deux fois par jour.

 

Huiles essentielles

Deux formules au choix :

  1. HE Geranium rosat CV Egypte : 2 ml
    HE girofle (clou) : 2 ml
    HE laurier noble : 1 ml
    HE palmarosa : 2 ml
    HV calophylle inophylle : 20 ml
     
  2. HE Aniba rosaeodora : 3 ml
    HE Cymbopogon martinii : 3 ml
    HE Thymus CT géraniol : 2 ml
    HE Satureja montana : 2 ml
    HV Rosa rubiginosa 10 ml
    HV Germe de blé
    ou gel neutre qsp 100 ml

Appliquer localement plusieurs gouttes du mélange trois fois par jour pendant trois semaines.

 

Autres remèdes

  • Oaky : 1 pipette dans de l’eau deux fois par jour.
  • Immuno n° 8 : 3 fois 1 comprimé.
  • Quantaphylle : 2 gélules par jour.
  • Quantaflore : 2 gélules.
  • Quantavera (Aloe vera) : 1 bouchon trois fois par jour.

 

Pour les pathologies auto-immunes, faire appel aux remèdes africains du Dr Pierre Tubery (association Solidarité à Toulouse). Si la mesure préalable des IgA et IgG est en augmentation, prendre Selongénine sinon Daphoside (sur prescription médicale).

<!-- break -->

L'inflammation chronique de la langue : la glossite

La glossite du lichen plan est une inflammation chronique de la langue. Les symptômes vont de la simple rougeur de l’extrémité et des bords de la langue, à une langue lisse, des plaques muqueuses ou des ulcérations. On peut voir également une juxtaposition de zones rouges et dépapillées, réalisant la classique « langue en carte de géographie ».

 

Les remèdes les mieux adaptés sont :

  • Apis mellifica : glossite de nature allergique ; langue rouge et oedématiée, avec absence de soif.
  • Belladonna : langue rouge, chaude, enflée et douloureuse, d’aspect framboisé par inflammation des papilles ; bouche sèche avec soif ; adénopathies.
  • Cantharis : langue rouge, recouverte de vésicules ; sensation de brûlures avec difficulté pour avaler les liquides.
  • Mercurius solubilis : glossite avec langue ulcérée, enflée, gardant l’empreinte des dents ; hypersalivation ; mauvaise haleine ; association à une gingivite.
  • Taraxacum officinalis : langue en carte de géographie ou « glossite exfoliatrice marginée », très sensible au toucher, associée à une dyspepsie ; sensation de bulles dans les intestins.

Ordonnance type

  1. Belladonna 5 CH,
  2. Cantharis 5 CH,
  3. Mercurius solubilis 5 CH

    3 granules de chaque en alternance trois fois par jour jusqu’à amélioration.

 

Contacts:

  • Quantaphylle, Quantaflore, Quantavera

Laboratoires Phytoquant
Vente par correspondance
au 0 800 919 013.
ou Site Internet : www.phytoquant.net

  • Immuno n° 8, Oaky
    Aromalia
    Tél. : 02 99 800 016.
    site internet : www.aromalia.fr