Les jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos serait lié à un dysfonctionnement du système dopaminergique. La dopamine est un neuro-transmetteur, une substance chimique naturellement présente dans le corps humain qui participe à la transmission de l'influx nerveux. Elle agit au niveau du cerveau, mais aussi au niveau périphérique, sur le cœur, les artères, les reins, le tube digestif. Le système dopaminergique est également impliqué dans les mécanismes complexes qui contrôlent le mouvement. Dans la maladie de Parkinson, tout comme dans le syndrome des jambes sans repos, on constate un déficit du cerveau en dopamine.
Une maladie d'origine génétique ?

Le syndrome des jambes sans repos est probablement une affection d'origine génétique. En effet, plus de la moitié des patients ont une histoire familiale. Quant à l'autre moitié, on parle de maladie idiopathique, c'est-à-dire sans cause connue. Il débute le plus souvent après 45 ans, sa fréquence augmentant avec l'âge. Sa survenue est favorisée par le diabète, certaines atteintes de la thyroïde, l'insuffisance rénale, la polyarthrite rhumatoïde, la grossesse ainsi que par la prise de certains médicaments comme les anti-dépresseurs, les neuroleptiques et certains vasodilatateurs artériels (inhibiteurs calciques). On peut également trouver un déficit en fer, ce qui expliquerait que la maladie touche deux fois plus de femmes, plus sujettes à cette carence, que d'hommes.

Une hygiène de vie à respecter

Parce qu'elle est souvent mal diagno-stiquée, cette maladie est aussi mal traitée. Les malades sont le plus souvent traités par des veinotoniques, des anti-dépresseurs, de la cortisone ou parfois même, font une psychothérapie, sans résultat. Pourtant une fois diagnostiquée, cette affection peut bénéficier de traitements divers suivant la gravité de l'atteinte. - En premier lieu, si un facteur favorisant a été mis en évidence, tel que le diabète ou une carence en fer, il doit être traité. - Les formes légères ou occasionnelles peuvent se passer de thérapeutique médicamenteuse. - Certaines règles d'hygiène de vie devront être mises en pratique : éviter les excitants comme le café, le thé, l'alcool ou l'exercice physique intense en fin de journée. - Faites des massages ou des exercices de relaxation et d'étirement. - Une bonne hygiène de sommeil est recommandée. - Si un traitement médicamenteux est nécessaire, le médecin pourra prescrire des sédatifs dans les formes modérées ou des médicaments qui reproduisent les effets de la dopamine dans les formes plus sévères.

  • Homéopathie

Zincum 9 CH : 5 granules, en dehors des repas, deux fois par jour pendant 15 jours. - Nux vomica 9 CH : 5 granules si tempérament impatient, coléreux. - Ignatia 15 CH : 1 dose le dimanche soir. - Vous pouvez vous aider de Tarentula Complexe Lehning© n°71 : 15 gouttes dans un peu d'eau, deux à trois fois par jour. Ou de Nervospax©, aux propriétés antispasmodiques : un comprimé à sucer deux fois par jour.
 

  • Oligothérapie

- Zinc : 1 ampoule le matin à jeun. - Zinc-nickel-cobalt : 1 ampoule avant le déjeuner.
 

  • Phytothérapie

- Griffonia simplicifolia (restaure le passage des neuro-transmetteurs) : 2 fois 2 gélules par jour, - Vitamine B6 : 2 gélules par jour. - Aroma Nutrient n°1 (désintoxication) : 2 gélules avant les deux repas pendant 10 jours suivi de : - Aroma Nutrient n°6 : 2 gélules midi et soir pendant 20 jours. - Silice organique (restaure le collagène) : 2 fois 2 cuillerées à soupe pendant 3 semaines, à répéter. - Eau bio-colloïdale (72 oligo-éléments) : 2 bouchons dans un litre d'eau peu minéralisée. Boire un jour sur deux.

  • Un diagnostic fondé sur quatre grands critères

Depuis 2002, un consensus international retient quatre critères de diagnostic du syndrome des jambes sans repos :

  • Un besoin impérieux de bouger les membres inférieurs, souvent associé à des sensations inconfortables et désagréables.
  • L'apparition ou l'aggravation des symptômes lors des périodes de repos ou d'inactivité, particulièrement dans la position assise ou allongée.
  • Le soulagement des symptômes lors des mouvements tels que la marche ou l'étirement.
  • L'apparition ou la nette aggravation des symptômes le soir ou la nuit.

Les symptômes du syndrome des jambes sans repos ne sont pas évidents à décrire. Le plus souvent, le patient se plaint de sensations multiformes : fourmillements, brûlures, décharges électriques, « secousses », picotements, sensation d'insectes rampant le long des jambes, d'eau qui coule, d'agacement des membres inférieurs, d'impatiences... Ce dernier est d'ailleurs le terme traditionnellement utilisé. Le sommeil est souvent perturbé avec des troubles de l'endormissement et, ou, des insomnies, ce qui entraîne des perturbations dans la vie quotidienne, une certaine fatigue et des épidodes de somnolence diurne.

Contact Aroma-Nutrient n°1 et n°6 • Eau biocolloïdale • Silice organique. Aromalia 33 rue de la Gare • Dépôt 35 35120 La Boussac. Tél. 02 99 80 00 16 www.aromalia.fr