• cancer-de-la-prostate-principes-de-sante.com

Prévenir le cancer de la prostate

Certains considèrent que la prévalence du cancer de la prostate est liée en partie au surdiagnostic. Nous sommes les premiers à l’affirmer, mais il ne faut pas pour autant occulter des raisons métaboliques. D’autant moins que de nombreuses pistes préventives que nous listons ici viennent pallier les risques. Outre le surdiagnostic, le cancer de la prostate est lié à l’imprégnation hormonale, à l’instar du cancer du sein. Ce n’est forcément pas un hasard si ces deux cancers sont les plus fréquents et ceux qui ont le plus augmenté en termes d’incidence depuis vingt ans. Voici les principales pistes de prévention active.


Réduire la consommation de lait

Il est définitivement prouvé que les grands buveurs de lait de vache font deux fois plus de cancer de la prostate. Nous proposons donc aux hommes de réduire leur consommation de lait et ses dérivés, voire de les supprimer totalement en cas de risque augmenté. On pense que ce sont surtout les facteurs de croissance présents dans le lait qui seraient en cause, mais l’équilibre en acides gras peut aussi être défavorable.

Réduire les graisses trans

Le rôle des mauvaises graisses est considéré comme fortement probable. Les graisses trans sont à ce point à risque pour la santé, y compris au niveau cardiovasculaire, qu’on ne peut que recommander leur réduction drastique.

Améliorer le rapport oméga 3/oméga 6

Le rapport oméga 3/oméga 6 paraît important pour tous les cancers. Mais certaines études laissent penser qu’une consommation élevée de poissons augmenterait le risque de cancer de la prostate. Cet effet inattendu pourrait être lié à la présence de polluants dans le poisson, mais tout cela reste à être confirmé.

Inversement, une étude a montré que la consommation régulière de noix réduisait le risque de pathologie de la prostate et la croissance du cancer. Les aliments végétaux riches en oméga 3 seraient donc plus intéressants que les poissons en ce qui concerne la prostate. Il faut ainsi introduire régulièrement dans son alimentation des huiles riches en oméga 3 ainsi que des fruits oléagineux.

Contrôler son poids

L’obésité augmente le risque de tous les cancers, et surtout des cancers hormonodépendants. Ainsi, une étude anglaise montre que chaque augmentation d’un point d’IMC (rapport poids/taille) dans la moyenne de la population entraîne quelque 4 000 cancers de plus. Le cancer de la prostate augmente significativement à partir d’un IMC de 27. Ce qui est autant dû à la production d’hormones par la graisse que par la résistante à l’insuline liée au sur­poids. En outre, l’augmentation de l’insuline augmente le risque de tous les cancers.

Augmenter sa consommation de légumes, crudités et fruits

Cette notion est vraie pour tous les cancers, mais encore plus pour celui de la prostate. D’autant plus que beaucoup d’études ont permis de mettre en 
évidence des fruits et légumes spécifiquement bénéfiques pour la prostate.

La consommation régulière de sauce tomate, par exemple, réduit les risques. En effet, la tomate est riche en lycopène qui est un caroténoïde (antioxydant) protecteur de la prostate. C’est sous forme de sauce tomate (avec présence d’huile) que le lycopène est le mieux absorbé par l’organisme.
Les brocolis, si possible cuits à la vapeur, sont également très protecteurs grâce à la présence d’antioxydants, de sulforaphane, mais aussi de molécules agissant sur l’équilibre hormonal. En fait, tous les choux sont bons pour la prévention du cancer de la prostate, mais surtout les jeunes brocolis consommés al dente.

Les grenades, et surtout le jus de grenade (pur et bio), ont également montré un rôle protecteur contre les maladies de la prostate.
La plupart des autres fruits et légumes sont bénéfiques, en particulier l’ail et l’oignon. Favorisez le bio, car plusieurs études laissent penser que les pesticides augmentent également les risques.


Avoir une activité physique

La pratique d’une activité physique est bénéfique pour la prévention de toutes les maladies, et encore plus pour la prévention du cancer de la prostate. L’activité sexuelle est spécifiquement recommandée : éjaculer fréquemment préviendrait les pathologies liées à la prostate.
N’omettons pas de vous recommander de limiter votre consommation d’alcool, en vous invitant à méditer sur le nombre de pistes simples à suivre pour réduire les risques. Sans parler des actions sur l’équilibre émotionnel, dont nous avons déjà parlé.


Boostez la vitamine D

Cette vitamine est essentielle à la prévention du cancer en général et de sa récidive. Ajouter suffisamment de vitamine D dans son alimentation n’est pas simple. L’exposition au soleil est une solution, mais pas toujours efficace. Nous suggérons une prise régulière de vitamine D sous forme de complément en goutte pendant la période de faible ensoleillement (d’octobre à mai).

 

  • Sur le  même thème, lire également :

Professeur Joyeux : comment attraper le cancer de la prostate