Spasmophilie et tétanie

La spasmophilie et la tétanie sont deux troubles fonctionnels en relation avec une perturbation de l’équilibre calcium-magnésium-phosphore. Bien que certains auteurs les associent, il s’agit de phénomènes bien différents. Leur seul point commun est qu’ils entraînent une perturbation de la jonction neuromusculaire avec divers troubles.


La spasmophilie est liée à une perturbation du magnésium et des neuromédiateurs sédatifs du système nerveux comme l’acétylcholine, tandis que la tétanie est plutôt secondaire à des troubles du calcium. L’organisme a absolument besoin de conserver dans un strict équilibre ces deux oligo-éléments qui sont complémentaires l’un de l’autre. La carence en magnésium provoquant plutôt des tremblements et de la nervosité alors que la carence en calcium entraîne surtout des crampes et de l’abattement.
 

NE PAS CONFONDRE

La tétanie se traduit plus par des crises soudaines qui débutent par des crampes et aboutit à la contraction involontaire de certains muscles, surtout aux extrémités. 

Il y a un état de panique qui amplifie encore les contractions réflexes. La personne peut sembler perdre connaissance, ses mains se recroquevillent sur elles-mêmes, ce qui peut orienter vers un problème plus grave.

La spasmophilie, quant à elle, correspond plutôt à un état chronique survenant sur un terrain d’anxiété. On a englobé sous ce terme de nombreux symptômes qui sont plus liés à l’état psychique qu’à une véritable spasmophilie. Les seuls vrais signes de la spasmophilie étant surtout les fourmillements des extrémités et autour des lèvres, le tremblement des paupières. Ces signes sont précédés de sensations neurovégétatives, oppression thoracique, boule au niveau de la gorge, estomac noué. Les personnes ont une sensation de vide et ont du mal à se concentrer, elles ont tantôt froid, tantôt chaud. Si le malaise persiste, il conduit à une sensation d’oppression qui est suivie de panique, d’hyperventilation réflexe qui aggrave les troubles et conduit à se sentir mal, parfois à se laisser tomber et à crier, ce qui fait croire à tort qu’on a affaire à une personne hystérique. Mais il n’y jamais perte de connaissance brutale comme on le voit dans l’épilepsie.

ÉQUILIBRE CALCIUM-MAGNÉSIUM-PHOSPHORE

Les crises proviennent de plusieurs facteurs qu’il est nécessaire de contrôler pour en éviter la répétition.

  • Dans la tétanie : faire vérifier le statut vitaminique par un dosage de la vitamine D, du phosphore et du calcium ainsi que le statut hormonal en parathormone. Si les déficiences sont confirmées, prendre de la vitamine D3, 2 gélules le matin. Associer cela à des cures d’Œmine Calcium, 2 gélules au repas du soir. Si la parathormone est trop basse, prendre Parathyroidinum 4 CH : 5 granules à jeun.
     
  • Dans la spasmophilie : il est utile d’apporter du phosphore à l’organisme sous forme de lécithine marine : Œmine Mer, lécithine marine PC-DHA. Cette lécithine est particulière par sa richesse en oméga 3 DHA indispensables au cerveau. La lécithine sert au transport de ces acides gras vectorisés sous forme soluble et incorporable. Elle représente une source importante de phosphore. Enfin, il s’agit surtout du précurseur de l’acétylcholine qui intervient dans la transmission de l’influx nerveux et permet d’apaiser le système neurovégétatif. C’est donc une forme active de phosphore directement assimilable par le système nerveux. Prendre 2 gélules matin et soir. On peut l’associer à Œmine Magnésium Huître pour l’apport de taurine qui contient de l’oxyde de magnésium marin assimilable.
     
  • En homéopathie, sucer régulièrement Ignatia 15 CH : 5 granules trois fois par jour. 
  • En phytothérapie, la mélisse apaise le système nerveux : prendre 50 gouttes matin et soir de Melissa officinalis TM.

 

PRÉCAUTIONS AVANT LA CRISE

Quand la crise est proche la personne qui se sait être spasmophile doit éviter de faire de l’hyperventilation (respiration ample et rapide) car c’est ce qui peut la déclencher en provoquant une alcalose du sang. L’exercice qui consiste à respirer dans un sac en plastique peut être utile car en faisant réabsorber le gaz carbonique ceci réacidifie le sang. Le sac ne doit pas être placé sur la tête, il suffit de respirer dedans ; il faut cependant s’assurer du diagnostic pour ne pas passer à côté d’une urgence comme une embolie ou un œdème du poumon (notamment en haute montagne).

 

  • Œmine D2 végétale, Œmine Calcium, Œmine Mer, Œmine Magnésium Huître
    ŒMINE/Phytobiolab
    Tél. : 05 62 18 05 86

 

À lire également : l'article du Dr Jean-Pierre Willem sur alternativesante.fr

À écouter sur Radio Médecine Douce :