La médecine Unani, une réponse au diabète

Le diabète sucré, le plus courant, est une affection chronique caractérisée par un taux anormalement élevé de sucre dans les urines, lui-même provoqué par un excès de sucre dans le sang. Cette hyperglycémie est due à une insuffisance ou un ralentissement de la sécrétion d’insuline par le pancréas.

Chez un sujet atteint de diabète de type II (diabète gras), le pancréas produit une quantité considérable d’insuline qui, pourtant, ne suffit pas à satisfaire les besoins de l’organisme : les tissus sont résistants à l’action de cette hormone. Les personnes touchées non-insulinodépendantes suivent un régime alimentaire pauvre en sucres simples auquel s’ajoutent la pratique d’une activité physique et, souvent, un traitement hypoglycémiant.

Vieille de 6 000 ans, la médecine Unani s’inspire des connaissances médicales des Sumériens, des Grecs et des Égyptiens. Elle est poursuivie dans sa tradition par la société Botavie qui propose un traitement composé de plantes pour les diabétiques de type II non-insulinodépendants

DiabeMine favorise d’une part la digestion complète des aliments et, d’autre part, stimule la production d’insuline par le pancréas, contribuant ainsi à réduire le taux de glucose dans le sang. Il se compose de plantes hypoglycémiantes, comme la momordique, le gymnéma ou le jamelonguier, qui chacune possèdent d’autres propriétés contre les troubles associés : problèmes de cataracte et de reins, diminution de l’absorption intestinale du glucose, inhibition de la conversion des féculents en sucres.

D’autres plantes permettent de faciliter et de contrôler l’assimilation de la préparation, d’échelonner son absorption et son action dans le temps. DiabéMine n’est pas recommandé pendant la grossesse.

 

 

 

À lire :

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :