La phyto dans l’intimité des femmes

Les inflammations de la sphère intime de la femme sont fréquentes et désagréables. Elles peuvent avoir plusieurs origines (mycose, fibromes, polypes). Un complexe de phytothérapie permet de réagir dès les premiers symptômes et d’écarter les complications. En application locale, germes et levures, voire virus, n’y résistent pas.

La sphère intime des femmes est fragile. Les inflammations du vagin et de la vulve sont fréquentes, on estime que 75 % des femmes seront touchées au moins une fois dans leur vie. Dans 90 % des cas, l’inflammation est due à un micro-organisme comme un virus, un parasite ou plus probablement un champignon tel Candida albicans.
 

Un équilibre instable

Le vagin est un milieu où vivent de nombreux micro-organismes protecteurs qui constituent la flore vaginale. Le bon équilibre de cette flore permet d’empêcher la multiplication des bactéries et mycoses et prévient les infections. Mais lors d’une rupture de cet équilibre bactérien, un micro-organisme étranger ou endogène peut se développer. Une inflammation du vagin ou de la vulve se caractérise par des douleurs et des démangeaisons. Un changement important dans l’odeur, l’abondance, la texture et la couleur des pertes vaginales peut être le signe d’une vaginite infectieuse. Le déclenchement de l’inflammation peut avoir pour origine la fatigue, un régime amaigrissant, le stress, un médicament, une maladie ou tout autre état qui affaiblit le système immunitaire. Mais également, la prise d’antibiotiques et de corticoïdes. Dans le cas d’une mycose, le port de sous-vêtements en fibres synthétiques et de vêtements serrés est propice à la prolifération de Candida albicans. Enfin, la consommation d’aliments riches en sucre est un facteur aggravant.


Des plantes anti-germes

Le laboratoire Botavie, spécialisé dans les complexes phytothérapeutiques issus des plus anciennes traditions médicinales de l’Europe et du Moyen-Orient a mis au point un complexe de plantes indiqué dans le traitement local de la sphère intime vulvovaginale. GyneCural rassemble les décoctions de plantes comme le micocoulier de Provence dont la décoction de feuilles et de fruits est traditionnellement utilisée pour apaiser les muqueuses irritées. Du genévrier pour lutter contre les germes et mycoses responsables de l’inflammation. De la marijuanilla et de la bétoine qui ont un effet calmant local pour soulager les douleurs. L’ensemble de ces plantes a également une portée plus large et s’inscrit en prévention et en curatif pour plusieurs problèmes pouvant affecter aussi bien les ovaires (kystes) et le col de l’utérus (fibromes, polypes, virus). Selon plusieurs témoignages, cette formule peut même éradiquer le papillomavirus, parfois à l’origine de cancer, en revanche, elle ne serait pas efficace contre l'endométriose.

Utilisation locale simplifiée

L’application du traitement se fait à l’aide d’une seringue. Il convient ensuite de laisser le produit agir pendant 48 heures. Renouveler l’opération avec une nouvelle seringue tous les deux jours jusqu’à utilisation des six seringues contenues dans la boîte. GyneCural agit rapidement et efficacement. On peut envisager une utilisation préventive, en ce cas on fera un traitement annuel, voire tous les deux ans.