Syndrome de Raynaud

Je suis atteinte de la maladie de Raynaud (extrémités froides et bleuies), et jusqu’à présent les traitements qui m’ont été conseillés n’ont pas été très efficaces. Connaissez-vous un traitement approprié pour ce type de maladie ? Je dois vous préciser que je fume. Merci encore pour votre réponse.

Caroline Bensoussan – Paris 4e
 
Le syndrome de Raynaud est fait de crises vasomotrices des extrémités (nez, orteils, oreilles, lèvres). Une phase syncopale précède les phases d’asphyxie et d’hyperhémie. Le tabac est un facteur aggravant classique.
 
On le démembre en :
  • Syndrome primitif, ou maladie de Raynaud. On le retient sur les notions d’antécédents familiaux de la même maladie, de début précoce, de syndrome bilatéral, symétrique, évoluant depuis au moins deux ou trois ans, sans trouble trophique. Il s’agit d’un diagnostic d’élimination.
  • Syndrome secondaire, que l’on peut voir dans les connectivites comme la sclérodermie (qui est la première cause de syndrome de Raynaud secondaire), le lupus, la dermatomyosite, la polyarthrite rhumatoïde. On le rencontre également dans les artériopathies oblitérantes (en particulier la maladie de Buerger), les vascularites, les hémopathies. Il peut être iatrogène, après utilisation de bêtabloquants, dérivés de l’ergot de seigle, cyclosporine ou œstroprogestatifs.
 
Homéopathie
 
Ordonnance type : Camphora 5 CH + Secale cornutum 5 CH + Sepia officinalis 5 CH : 3 granules de chaque en alternance trois fois par jour jusqu’à amélioration.
 
 
Autres remèdes en homéopathie : 
 
  • Secale cornutum : doigts engourdis, cyanosés, froids, avec crampes.
  • L’ergot de seigle (Secale cornutum), est un champignon parasite du seigle, qui contient, entre autres, de l’ergotamine. Cet alcaloïde provoque des spasmes des fibres musculaires lisses (surtout celles des parois artérielles), d’où son indication dans le syndrome de Raynaud.
  • Carbo vegetabilis : cyanose importante des doigts (intolérance à l’alcool).
  • Lachesis mutus : doigts violets, ecchymoses spontanées (éthylisme, ménopause).
  • Pulsatilla : cyanose avec engelures hivernales. Varices. Désir de fraîcheur.
     
Huiles essentielles
 
  • HE Estragon : 1 ml
  • HE Hélichryse italienne : 1 ml
  • HE Lentisque pistachier : 1 ml
  • HE Thym CT thujanol : 1 ml
  • Ess. Mandarine (zeste) : 2 ml
Quelques gouttes du mélange en application locale cutanée, deux à trois fois par jour selon les besoins.