Témoignage : fertilité, suite

J’ai lu avec intérêt l’article sur la fertilité (n° 66). Mon expérience, en trente ans de géobiologie, m’a permis de constater à quel point le mode de vie actuel est contraceptif. Les facteurs sont multiples. J’en mentionnerai dans deux domaines souvent méconnus : le vêtement et le mobilier.

 

Le vêtement 

L’énergie vitale du bas-ventre masculin a souffert du remplacement des bretelles (verticales, en tissu) par une ceinture (horizontale, en cuir), dont la boucle métallique est souvent démesurée et portée très bas. Nous sommes parcourus de circuits énergétiques complexes, le plus important étant la communication verticale ciel-terre, bien connue de tous les anciens constructeurs. La boucle se situe en outre sur le hara, que les Orientaux appellent « océan d’énergie ». Solution de compromis : une ceinture en fibre végétale tissée (lin, chanvre, coton…), munie d’une boucle classique. L’énergie vitale souffre aussi des jeans. Ces pantalons serrent des organes opportunément installés « dehors » pour rester libres à une température inférieure à celle du corps. De plus, leur couleur, le pigment bleu de cobalt, est généralement issue de déchets nucléaires (le signal en est perceptible par une personne sensitive).

 

Le mobilier

J’ai rencontré plusieurs cas de fausses couches à répétition de jeunes femmes travaillant assises sur des sièges ergonomiques. La structure en étoile du pied à roulettes de ces fauteuils forme une antenne qui capte toutes les influences de l’environnement : ballasts des néons et lampes basse consommation, fils électriques traînant au hasard, Wi-Fi et Bluetooth omniprésents, colle au formaldéhyde des tapis de sol, etc. Le support vertical du siège dirige cette soupe biocide en direct sur le bas-ventre et la colonne vertébrale. Un changement de siège fut suivi d’heureuses naissances !

Je ne puis évaluer l’effet de ce type d’équipement et d’environnement sur la fertilité des messieurs, mais le sens commun suggère un parallèle. Sans parler des smartphones, clefs, pièces de monnaie dans les pantalons. Un test kinésiologique proposera immanquablement de les en bannir.