Chimiothérapie : une autre approche des traitements

L’approche du patient atteint de cancer ou de leucémie devrait faire partie des études médicales. Le diagnostic est souvent annoncé brutalement, le pronostic éludé, les traitements souvent entrepris dans l’urgence et sans l’accord profond du malade. Ces différents traumatismes amoindrissent plus encore les défenses naturelles et compromettent l’efficacité des traitements et leur tolérance physique et psychologique.

Parfois, c’est tout le contraire, le patient est entretenu dans le doute : « Ce n’est pas cancéreux, mais on va quand même vous faire une petite chimiothérapie préventive. » Consciemment ou non, le cancéreux sait qu’on lui ment, il ne peut plus avoir confiance en ses soignants.

Dans ces deux cas de figure, le malade est dépossédé de la maîtrise de sa vie. Et si l’issue est fatale à court terme, la préparation nécessaire et indispensable à la fin de la vie est, sinon interdite, du moins fortement compromise. Or, aujourd’hui, de plus en plus de gens refusent de « mourir comme des chiens », abandonnés de la médecine et isolés des leurs parce que leur état général s’est tant dégradé qu’il les effraie.

Il existe pourtant des moyens de faire autrement, tant dans la prise en charge des traitements anticancéreux que dans l’approche de sa mort, qu’elle soit proche ou lointaine.

 

Les techniques Simonton

Le Dr Carl Simonton et son équipe ont mis au point une technique de soutien psychologique performante : non seulement l’espérance de vie est significativement rallongée, mais de plus, nombre de guérisons inespérées ont été enregistrées depuis 1974.

Cet accompagnement repose sur les principes suivants :

  • Respect des prescriptions de la médecine officielle.
  • Possibilité d’y associer toute forme de soins alternatifs.
  • Constitution d’une équipe soignante respectueuse des besoins et des croyances du malade.
  • Approche d’un mode de vie plus sain, notamment par l’éviction de toutes sortes de pollution.
  • Élaboration d’un plan sur deux ans afin de se préparer au retour à une vie active plus saine.
  • Méditations guidées afin de stimuler le « guérisseur intérieur ».
  • Travail par le dessin sur la façon dont le cancéreux approche sa maladie et ses différents traitements.
  • Reformulation des pensées et croyances malsaines.

Évidemment, le Dr Simonton ne garantit pas la guérison physique, même si l’association de sa technique aux soins conventionnels accroît de façon considérable cet espoir. Toutefois, il garantit à toute personne sincèrement engagée, la « guérison de sa vie ».

L’EMDR : désensibilisation et reprogrammation

Nombre de personnes présentent un authentique syndrome post-traumatique à la suite de l’annonce de leur cancer par un médecin.

Parler de sa souffrance ne suffit pas pour permettre à notre guérisseur intérieur, le système immunitaire, de se remettre en marche. Par contre, le fait d’associer différents types d’exercices simples (notamment des mouvements des yeux) à la parole fait sauter les résistances mises en place lors de l’événement traumatique. Véritable psychothérapie sur un mode rapide, l’EMDR peut engendrer en environ un trimestre (une séance de 60 à 90 minutes chaque semaine), une amélioration significative de la façon de se comporter face à la maladie et à ses différents traitements. Et par-là, la facilitation du processus de guérison si la maladie n’a pas dépassé le point de non-retour.

 

Et si le cancer avait une origine transgénérationnelle ?

Selon les résultats des travaux de thérapeutes travaillant sur l’origine transgénérationnelle des maux, l’émergence d’une maladie au sein d’un clan familial serait en lien avec l’exclusion d’un de ses membres. Et celle d’un cancer ou d’une leucémie, avec l’évitement de la famille de parler d’un des siens, décédé de façon prématurée, brutale, honteuse… De façon totalement inconsciente, la personne cancéreuse porte en elle cette souffrance et est comme attirée vers ce mort qui n’a pas été suffisamment honoré.

Ainsi, ont été conçues des constellations thérapeutiques de différents types. En premier lieu, la mise en scène du malade et de son entourage afin de faire émerger la véritable problématique et de libérer le malade de sa « fidélité » envers la personne oubliée, si ce n’est exclue. En second, la mise en évidence des liens qu’entretient le malade avec sa maladie et ses différents traitements, ceci afin de potentialiser toutes les possibilités thérapeutiques offertes, radiothérapie et chimiothérapie comprises : un des effets souvent rapidement observé est une sensible amélioration de leur tolérance.

 

 

  • Simonton Cancer Center
    Inge Bergmeister
    Avenue Louis Ruchonnet, 57
    CH-1003 Lausanne (Suisse)
    Tél. : 00 41 (0) 21 311 62 93
    Email : site@simonton.ch
    Site : www.simonton.ch

 

  • Constellations familiales
    Institut Bert Heillinger France
    155/157 cours Berriat
    38028 Grenoble Cedex 1
    Tél. / Fax : 04 76 55 56 91

 

  • Constellations familiales, systémiques, professionnelles, relationnelles, thérapeutiques et structurelles
    Libre Université du Samadeva
    34 rue du Wittertalhof
    67140 Le Hohwald
    Tél. : 03 88 08 31 31
    Site : www.libre-universite-samadeva.com

 

 

À écouter sur Radio Médecine Douce