Garder l’ouïe fine

Quelle que soit l’origine de l’acouphène ou de l’hypoacousie, un certain nombre d’approches alternatives peuvent améliorer l’état de la personne. Il est bon de rappeler que, même en l’absence de tout signe alarmant, un bilan devrait être effectué tous les dix ans à partir de l’âge de quarante ans, cela afin de prévenir les effets du vieillissement.

 

Les signes qui doivent alerter

À partir de la cinquantaine, la presbyacousie est la forme la plus fréquente d’hypoacousie. Comme elle s’installe de façon insidieuse, elle passe longtemps inaperçue pour la personne qui en est atteinte. Pourtant, il existe un certain nombre de signes qui, lorsqu’ils ne sont retrouvés qu’isolément, n’ont valeur que d’avertissement mais qui, quand ils sont présents ensemble, doivent amener à consulter. Ce sont d’abord les sons aigus qui sont moins bien perçus, puis les graves, qui poussent à changer de comportements :

  • Augmenter le volume de la télévision se fait de plus en plus fréquent.
     
  • Faire la distinction entre une voix féminine et une voix enfantine devient difficile. Un peu plus tard, il en est de même pour comprendre une voix masculine.
     
  • Demander à son entourage de répéter, d’articuler, de rester dans le regard ou de ne pas parler à plusieurs en même temps semble un dû alors que ce n’est pas normal : le problème n’est pas chez l’autre mais bien chez soi ! Le fait que les erreurs prédominent sur les sons « s » doit particulièrement alerter.
     
  • On se plaint du bruit alors qu’il ne gênait pas jusque-là.
     
  • Perdre le sens de l’humour et s’énerver de plus en plus facilement.
  • Des acouphènes accompagnent parfois la baisse auditive et l’aggravent.

Réparer les cellules neurosensorielles : Il convient de faciliter la microcirculation. Pour cela une association d’oméga 3 et d’antioxydants est indispensable.

Remonter le niveau de tolérance au stress

La sophrologie

Au cours des acouphènes, elle permet de réduire la perception du signal qui arrive au niveau du cerveau limbique, et par voie de conséquence, le ressenti désagréable. Cependant, il faut de la persévérance, en moyenne un entraînement de dix-huit mois. 

La thérapie acoustique d’habituation

La thérapie acoustique d’habituation, ou TAH, est une approche multidisciplinaire conçue par un médecin américain, le Pr Jastrebboff, qui fait aujourd’hui intervenir au moins un médecin ORL, un audioprothésiste, un relaxologue, un ergothérapeute

Réduire les acouphènes et les vertiges

- Les compléments alimentaires

  • Acphiane. Cette formule couvre tous les versants de l’acouphène : le 5 MOP (substance naturelle présente dans la bergamote) améliore la transmission de l’influx nerveux, le ginkgo facilite la microcirculation, le guarana stimule les capacités de vigilance, de concentration et de mémorisation, le ginseng et l’ascorbate de calcium permettent une meilleure adaptation au stress, les vitamines du groupe B participent du cycle de Krebs et de la synthèse des neurotransmetteurs cérébraux.
    Posologie : 2 gélules par jour, à prendre ensemble le matin.
     
  • Ce produit peut être associé au Calmium lorsqu’existent des troubles du sommeil.
    Posologie : 2 gélules une heure et demie avant le coucher.
     
  • Acoufor, un complexe de vitamines et de minéraux indispensables au fonctionnement des cellules neurosensorielles de l’oreille interne associé à un extrait de ginkgo.
    Posologie : 2 comprimés par jour le premier mois, puis 1 comprimé par jour en entretien.
     
  • SOS acouphènes, une association d’huiles essentielles et végétales uniquement en interne.
    En massage 2 fois par jour sur le pourtour de l’oreille.
     
  • Audiconf, une association d’huiles essentielles.
    Posologies recommandées : 1 goutte sur de la mie de pain jusqu’à huit fois par jour en usage interne, ou 15 gouttes deux fois par jour en massage derrière les oreilles. Cure minimale de deux mois.
  • L’hypnose ericksonienne agirait en stimulant la production d’endorphines par le cerveau. Elle apporte un soulagement dans deux cas sur trois.
     
  • L’ostéopathie crânienne, notamment lorsque l’acouphène ou la surdité fait suite à un traumatisme corporel.
     
  • La fasciapulsologie. Les fascias, « gaines » qui entourent, soutiennent et protègent nos différents organes, enregistrent dans leur forme les souvenirs de nos différentes expériences de vie, heureuses comme malheureuses. Les rétractions que ces dernières leur impriment peuvent perpétuer les souffrances physiques. Autre conséquence, le sang y circule moins bien et ne favorise pas leur régénération.
     
  • Les thérapies comportementales et cognitives ou TCC (qui utilisent diverses techniques de relaxation et de visualisation) améliorent significativement la vie de 70 % des personnes souffrant d’acouphènes chroniques.
  • Le reiki : certaines améliorations spectaculaires ont été rapportées suite à quelques séances au rythme d’une à deux par jour pendant moins d’une semaine.
     
  • L’homéopathie. De très nombreux remèdes sont susceptibles d’améliorer acouphènes et vertiges, toujours à condition que le traitement soit commencé le plus tôt possible. 

L’approche de la médecine chinoise

Dans cette médecine, l’oreille est reliée au rein (qui, en plus de régir l’audition, est également impliqué dans la mémoire, les émotions de peur et d’angoisse). Plusieurs blocages énergétiques situés ailleurs que dans l’oreille peuvent provoquer ou aggraver une pathologie de l’oreille comme un blocage du rein (surmenage physique ou intellectuel, peur) ou du foie (excès alimentaire, incapacité de faire un deuil, colère). Les recommandations alimentaires sont donc précises. Par exemple, dans le cas d’acouphènes, les laitages, les graisses, les excitants et le sel devront être limités. De plus, il est essentiel que le stress soit géré.

Enfin, la pharmacopée chinoise dispose de plusieurs formules complexes adaptées aux pathologies de l’oreille. Il faut entre trois et quatre mois pour harmoniser les organes concernés et optimiser les méridiens de l’oreille. Par exemple, Er long et Ban xia : 2 gélules midi et soir.

À savoir : en acupuncture, la stimulation d’un même point peut soigner différentes affections.

 

 

Associations et organismes utiles

• Promenade autour de la cochlée
Ce site universitaire délivre une grande quantité d’informations sur la physiologie de l’audition : www.cochlee.org.

• Hear-it
Un site qui fourmille d’informations sur tous les problèmes concernant l’audition de près comme de loin : www.french.hear-it.org

• France Acouphènes
Ce site diffuse notamment la liste des centres multidisciplinaires pratiquant la TAH.
Tél. : 0800 222 213 (numéro indigo : 0,09 € la minute TTC), www.france-acouphenes.org

• Fondation romande des malentendants
Ce site propose notamment un cours de lecture labiale et au langage parlé complété : www.ecoute.ch/default.htm

• Médecine des arts
Un site intéressant non seulement pour les professions de la voix, mais aussi pour la liste des médicaments toxiques pour l’oreille : www.medecine-des-arts.com

• Groupement international de fasciapulsologie, GIF :
Tél. : 01 44 19 78 33, www.fasciapulsology.free.fr

 

Compléments alimentaires

•Sérénité-Nut, Dépress-Nut
D. Plantes
BP 158, 26204 Montélimar Cedex
Tél. : 04 75 53 80 09
Site : www.dplantes.com

Acoufor
Laboratoires Oligosanté
38 rue Lantiez, 75017 Paris
Tél. : 01 53 06 65 00
Site : www.oligosante.com

SOS acouphènes
Salvia Nutrition
BP 207, 85005 La-Roche-sur-Yon Cedex
Tél. : 02 51 24 03 72
Site : www.salvia-nutrition.com

Acphiane, Calmium
Laboratoire Sofibio
BP 65, 06240 Beausoleil
Tél. : 0800 945 845
Site : www.sofibio.com

Audiconf (flacon de 30 ml), 
76,12 € la cure de 2 flacons.
Laboratoire S&P
8 venelle de Sart
B-1300 Wavre, Belgique
Tél. : 00 32 10 24 57 72
en France : 04 50 37 91 01
Site : www.labosp.com 

Er long Ban xia
L’Orient-Bimont
BP 30, 26160 La Bégude-de-Mazenc
Tél. : 0 892 436 792
Site : www.orient-bimont.com

 

Autres adresses utiles

• CD de bruit blanc
www.cd-de-relaxation.com/cd/cd-13-1.htm

• Thérapie acoustique de l’habituation, TAH : www.action-plenitude.com

• Clinique d’oxygénothérapie hyperbare
Toutes les informations nécessaires sont en français : www.hbo-freiburg.de

• Clinique du Dr Jean Causse
Spécialisée dans le traitement chirurgical de l’otospongiose, connue dans le monde entier pour sa technologie de pointe et son taux élevé de satisfaction postopératoire.
Traverse de Béziers, 34440 Colombiers
Tél. : 04 67 35 63 21.

 

À lire :

  • notre hors-série de Pratiques de Santé : "AUDITION"

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :