L’huile de saumon sauvage d’Alaska, du bon gras pour les neurones

Les acides gras, notamment ceux à longue chaîne, sont essentiels à notre organisme. Ils sont naturellement présents en grande quantité dans les aliments marins. Mais encore faut-il que ces derniers ne soient pas pollués. L’huile de saumon sockeye provient de poissons nageant dans les eaux encore protégées de l’Alaska et sont pêchés selon des règles strictes préservant l’écosystème.

On connaît aujourd’hui les bienfaits d’un régime incluant régulièrement des poissons sauvages. Ces derniers nous apportent les acides gras essentiels dont manque notre alimentation. Ils sont d’autant plus indispensables que notre corps ne peut pas tous les fabriquer en quantité suffisante. À ce titre, le saumon sauvage est particulièrement intéressant : il est naturellement riche en oméga 3 à longue chaîne (DHA et EPA). C’est d’autant plus vrai pour le saumon sockeye (Oncorhynchus nerka) qui a besoin de ces précieux lipides pour passer l’hiver dans les eaux glaciales du Pacifique nord. Par ailleurs, l’huile de saumon sauvage fournit un apport en acides gras complet et bien équilibré. En effet, en cas de déséquilibre d’une famille d’acide gras par rapport à la famille concurrente, la synthèse des acides gras ne se fait pas : c’est le cas, par exemple, quand il y a un apport trop important d’oméga 6 par rapport aux oméga 3.

 

Des lipides pour la matière grise

Ces acides gras sont particulièrement nécessaires à notre cerveau. Selon le professeur Crawford, chercheur à l’Institut du Cerveau, à Londres, la malnutrition en lipides contribue à l’apparition des maladies du cerveau qui sont de plus en plus fréquentes aujourd’hui. Notre « matière grise » est en effet constitué pour 50 % de matière grasse. Il s’agit notamment du DHA, un acide gras polyinsaturé de la famille des oméga 3 : c’est le plus abondant dans le système nerveux central. Son rôle semble lié à la fluidité des membranes cellulaires. Autre composant majeur du cerveau : l’acide arachidonique qui coopère avec le DHA. Il est également présent dans le saumon sauvage sockeye pour contribuer au bon fonctionnement de nos neurones. Ces substances apparaissent d’autant plus essentielles qu’elles sont à même de prévenir les baisses de régime liées à l’âge (pertes de mémoire, déclin cognitif…) et d’éviter les altérations plus profondes des liaisons neuronales, à l’origine des maladies dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

L’autre avantage de l’huile de saumon est qu’elle contient également des antioxydants qui sont nécessaires à la protection des oméga 3. Elle contient ainsi de l’astaxanthine, un pigment caroténoïde naturel, ainsi que de la vitamine A et D3.

 

Femmes et enfants d’abord

Parce que les acides gras sont nécessaires au bon développement du cerveau, l’huile de saumon est indiquée pour les femmes enceintes et qui allaitent. C’est au cours du dernier trimestre de la grossesse et pendant la première année que le cerveau du bébé grossit énormément. Pour son développement celui-ci reçoit 70 % de l’énergie de croissance délivrée par sa mère.

Enfin, l’ensemble de ces composants permet de prévenir le phénomène de production de radicaux libres et les phénomènes inflammatoires. Ils seront utiles pour les problèmes articulaires, respiratoires et pour le système cardiovasculaire.

Enfin, Neuromer, l’huile de saumon sockeye, est un produit marin de bonne qualité.Les eaux dans lesquelles nage le saumon d’Alaska font partie des plus pures du monde.La qualité écologique est assurée car l’huile Neuromer a obtenu l’écolabel du Marine Stewardship Council (MSC) pour une pêche durable et bien gérée.

Posologie : en prévention, il est conseillé de faire 2 cures saisonnières de 2 mois par an, à raison de 3 gélules par jour. Les femmes enceintes se limiteront à 2 gélules par jour.

Voir la vidéo

 

Où se procurer du Neuromer
La Vie Naturelle
Tél. : 0 800 404 600
Site : www.la-vie-naturelle.com