L’immunothérapie régulatrice par les protéines de lait de jument

Le système immunitaire n’est pas seulement un instrument de lutte contre les intrus ou les cellules défaillantes. Il est également un instrument très souple de régulation de toutes les fonctions physiologiques et il est en relation constante avec le système nerveux et le réseau des glandes hormonales. Le système immunitaire est composé de cellules spécialisées, les lymphocytes. Celles-ci présentent à leur surface des « molécules de reconnaissance », appelées immunoglobulines, qui leur permettent de distinguer tous les types de cellules qui composent l’organisme. Les moindres variations dans un tissu (par exemple, le tissu nerveux suite à un choc) entraînent une alerte générale qui se traduit par la libération, dans le système sanguin et lymphatique, des immunoglobulines qui vont déclencher une réaction immunitaire spécifique destinée à résoudre le problème.

L’ensemble de ces immunoglobulines constitue un réseau d’information essentiel et sans cesse en correction d’équilibre. C’est l’état de santé d’un individu.

Une régulation ciblée

C’est sur cet aspect particulier du fonctionnement du système immunitaire que le docteur Jean Thomas a élaboré les premiers éléments de l’immunothérapie régulatrice. Le principe en est simple. Il consiste à apporter à l’organisme d’un malade une information immunitaire spécifique en fonction de l’organe lésé. Le support de cette information est une immunoglobuline, elle aussi, spécifique. Les travaux du docteur Jean Thomas ont été repris et enrichis par la société BioQuantics qui a choisi le lait de jument comme « matrice » pour la production d’immunoglobulines spécifiques.

En effet, le lait de jument est le lait de mammifère le plus proche, dans sa composition, du lait de femme. Mais c’est sa capacité à stimuler le système immunitaire qui le désigne comme support privilégié pour l’élaboration de compléments alimentaires destinés à exercer une régulation ciblée du fonctionnement des tissus et des organes.

C’est la jument elle-même qui fait ici office de « laboratoire ». On apporte dans son alimentation, bio, quelques milligrammes de tissu (par exemple de muqueuse digestive saine pour traiter un ulcère d’estomac), et elle produit, en réaction, des immunoglobulines spécifiques à la pathologie concernée. Il suffit ensuite d’extraire ces immunoglobulines de son lait. L’apport, au patient, d’immunoglobulines sachant reconnaître le tissu sain constitue une information globale pour l’organisme et permet de provoquer la réapparition de cellules saines.

Treize compléments spécifiques

Le lait prélevé est tout d’abord écrémé, micro-filtré, puis subit une sublimation à froid (un brusque abaissement de la température), qui permet de séparer le liquide des matières bio-actives (lyophilisation). Une fois concentré à nouveau, ce substrat, sous forme de poudre en comprimés, doit être laissé sous la langue quelques minutes le temps de diffuser dans le corps.

La gamme BioQuantics propose treize compléments nutritionnels spécifiques pour soutenir les grands systèmes physiologiques : gastrique, respiratoire, cardiaque, rénal, articulaire, oculaire, musculaire…

Les juments, dont le lait est prélevé tous les jours, en petite quantité, à partir du troisième mois durant la période de lactation, vivent dans des élevages privilégiés.

Chaque boîte contient 40 comprimés pour 2 cures de 20 jours. 

BioQuantics
BP 20033
64220 Saint Jean Pied de Port
Tél. 05 57 94 15 40
Site internet : www.bioquantics.eu