Médecine énergétique : observer et diagnostiquer

Notre vie, nos mouvements, nos sentiments, notre attitude, notre corps physique sont en perpétuel mouvement. Le diagnostic énergétique chinois permet d’analyser, d’étudier et d’appréhender le patient sur un plan global, de façon ensuite à équilibrer ce flux vital.

 

La médecine traditionnelle chinoise a pour objectif de relancer notre énergie interne, de stimuler nos organes sur un plan fonctionnel, de permettre l’équilibre mental et physique et de soulager nos diverses douleurs. Il y a 6 000 ans, les Chinois avaient en quelque sorte établi une cartographie humaine en fonction des cinq éléments : bois, feu, terre, métal et eau. Pour chaque élément il était possible de déterminer les points forts et faibles, les organes fragiles, les symptômes éventuels.

Pour chacune des étapes du diagnostic énergétique chinois, nous aurons des correspondances (physique, psychique, fonctionnel) qui déterminent à la fois les symptômes, les causes et les effets, les méridiens à traiter, les points d’acuponcture à utiliser, voire les manœuvres de massage à employer et la pharmacopée nécessaire. Ce diagnostic, établi avec la plus grande neutralité, vise à traiter les causes de la souffrance et des perturbations. Il comporte quatre grandes étapes :

L’observation

C’est une des étapes les plus importantes du diagnostic énergétique chinois. Une bonne observation peut effectivement nous donner beaucoup d’informations. On observe aussi bien les signes corporels et les mouvements du corps, que la tête et le visage, les yeux, la langue, les dents et les gencives, les oreilles, les membres, les mains, les ongles, la qualité de la peau. À chaque observation, nous aurons un indice de la provenance des troubles. Des tableaux pathologiques nous y aident.

Exemples :

  • Une poitrine large peut indiquer une pathologie du type plénitude des poumons.
  • Une fonte musculaire peut traduire un affaiblissement de la rate et éventuellement du foie.
  • Des reins ou des lombes froides proviennent d’un vide de yang des reins.
  • Des pieds froids chez la femme résultent d’un vide de sang du foie.
  • Des acouphènes peuvent indiquer un feu du foie ou un vide des reins.

La palpation

Elle comprend la palpation des pouls, de la poitrine, de l’abdomen et de diverses parties de notre corps. Les pouls permettront d’identifier l’organe déséquilibré, nous donneront une idée sur l’état général du qi et du sang. La palpation de certaines parties du corps (température, humidité et texture de la peau) permettra de cibler l’organe ne remplissant pas son rôle fonctionnel, de définir le tableau pathologique chinois correspondant.

Exemple : un abdomen mou et flasque au niveau de l’épigastre signale un vide de l’estomac et de la rate.

 

L’ouïe et l’odorat

Le son de la voix, le discours tenu, la respiration (intensité, bruits…), les soupirs réguliers, le hoquet, nous donneront beaucoup d’informations utiles. Il en est de même pour l’odeur corporelle.

L’interrogation

C’est l’art majeur du diagnostic énergétique chinois. Il nous permet d’obtenir du patient des informations et pendant qu’il parle, cela donne une idée de son état physique, psychique. Enfin, de par le doigté du praticien, l’interrogatoire permet de créer un certain climat de confiance avec le patient et d’obtenir des informations importantes.

Selon un protocole précis, l’interrogation portera sur la douleur, les aliments et le goût, la soif et les boissons , les selles et les urines, le niveau d’énergie, les maux de tête, du visage et du corps, de la poitrine et de l’abdomen, le sommeil, la transpiration, les symptômes émotionnels, sexuels, spécifiques aux femmes et aux enfants, etc.

Exemples :

  • Des douleurs dans les épaules et les bras en marchant peuvent provenir d’une stagnation du qi du foie.
  • Une légère sensation de distension de l’épigastre concerne un vide de la rate.
  • Une fatigue répétée peut concerner un vide de yin des reins.
  • Des réveils fréquents la nuit révèlent un vide de yin du cœur…


L’action du praticien

Une fois le diagnostic posé, le praticien relève d’un côté les symptômes et de l’autre les syndromes (tableaux pathologiques chinois). Il en découle alors un protocole de soins personnalisés.

Exemple : le diagnostic démontre chez notre patient un sommeil perturbé par des rêves liés à un feu du cœur, une anxiété intense due à un feu du foie. On sait qu’en amont, un feu du foie procure un feu du cœur. Le praticien traitera le feu du foie (points d’acuponcture spécifiques), adaptera le massage pour drainer le foie (massage traditionnel chinois Tuina) et pourra au patient un exercice de qi gong pour libérer le foie et tonifier le cœur. 

 

 

Ce que peut attendre le patient

Le corps humain réagit en fonction de ses besoins et fixe lui-même ses priorités. Dans un premier temps, il colmate bien souvent la fuite énergétique afin de se donner les moyens de lutter, puis il régule les fonctions organiques, renforce le mental et le psychisme, enfin autotraite les symptômes.

Le nombre de séances, comme la périodicité des soins, va varier en fonction de l’historique du patient, de ses besoins réels, de sa vie sociale, familiale et professionnelle. De fait, au bout de quatre séances, le patient sera à même de constater des effets positifs et les premiers résultats.

 

 

Jean-Louis Fraim
www.bodyharmonyconcept.com