Vitamine D : source d’éternelle jeunesse ?

Est-ce un nouveau problème sanitaire majeur qui se dessine ? Au vu de plus de 80 études scientifiques internationales, on découvre, d’une part que près de 90% de la population est en insuffisance de vitamine D, et d’autre part que le rôle de cette vitamine est bien plus important qu’on ne le pensait. Mais ce n’est que lorsqu’elle est naturelle qu’elle exerce vraiment les actions protectrices jusqu’ici insoupçonnées : contre les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies osseuses ou musculaires... 

 

Pourquoi sommes nous carencés ? 

Cette déficience tient à notre mode de vie actuel, notamment au fait que nous ne nous exposons presque plus au soleil et abusons de crèmes solaires. Il faudrait donc repenser notre attitude vis-à-vis de l’exposition solaire. Car il faudrait aller au moins vingt minutes au soleil, corps entier, avant 11 heures ou après 16 heures pour que la peau puisse synthétiser assez de vitamine D naturelle, porteuse de son énergie. 

 

Quelles sont les maladies concernées par la carence ?

Divers travaux très récents permettent de découvrir son action préventive sur diverses pathologies. À titre d’exemple, on peut citer son action protectrice contre le cancer de la prostate, du sein, du colon. Elle est indispensable pour réguler l’immunité ; certaines maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques par exemple, sont aggravées par sa carence. En ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, des études ont montré que sa carence favorise la calcification des artères. Il existe même un lien entre les accidents vasculaires cérébraux et le manque de vitamine D. Enfin on sait depuis quelques temps que la chute spontanée des personnes âgées lui est imputable en raison de la faiblesse musculaire qu’elle engendre. Et tout cela sans parler de l’ostéoporose, du diabète et de la dépression.   

Pourquoi est il préférable que la vitamine D en supplémentation soit naturelle ? 

La vitamine D agit sur presque tous nos tissus et nos organes, comme le ferait une hormone. Lorsqu’on supplémente avec une forme synthétique trop fortement dosée, on provoque de ce fait une dépendance un peu comme lorsqu’on absorbe une hormone de synthèse. De plus la forme synthétique n’a certainement pas les même effets que la forme naturelle apportée par l’alimentation ou fabriquée par la peau. 

   

Quelle vitamine choisir ? 

Il existe depuis peu un nouveau complément alimentaire naturel qui peut contribuer à corriger les insuffisances en vitamine D, sans passer nécessairement par la vitamine D de synthèse ou par les huiles de foie de poisson de plus en plus difficiles à obtenir en raison de la baisse catastrophique des ressources  marines traditionnelle. Il s’agit d’une innovation, basée sur la constatation ancienne que l’on peut favoriser la concentration de la vitamine D dans les organismes végétaux ou dans les levures en les soumettant aux UVB. Cette source de vitamine D naturelle était restée en retrait, car la vitamine de synthèse avait pris le pas sur la naturelle, puisque bien moins onéreuse à produire. Mais comme depuis quelques années, de plus en plus de personnes rejettent le synthétique et préfèrent le naturel, cette source de vitamine D peut représenter une alternative. Le seul complément disponible actuellement est OEMINE D2, chaque gélule contenant 5 μg de vitamine D2 organique (dose quotidienne recommandée) associée à de la levure de bière contenant des vitamines B qui potentialisent son effet.

Attention, pour les supplémentation des nourrissons, il faut absolument éviter certaines spécialités comme Uvestérol qui contiennent une quantité nocive et inutile d'excipients.

Infos et points de vente :