À la découverte des plantes d’Amazonie

Ce vaste territoire est riche d’une flore médicinale exceptionnelle. Voici une sélection de plantes capables de soutenir notre organisme tout en le défendant des intrus, et aussi de s’attaquer à certaines tumeurs.

Depuis toujours, nous employons les plantes de nos régions pour renforcer notre terrain ou soigner les maladies les plus variées. Et, bien souvent, cela peut suffire. Mais des biotopes lointains produisent des plantes aux propriétés étonnantes. Si celles-ci sont connues depuis fort longtemps par les shamanes, elles font aussi l’objet d’études qui ont prouvé leurs vertus. C’est notamment le cas de plusieurs plantes d’Amazonie.


Le lapacho (Tabebuia impetiginosa)

Il s’agit d’un arbre, qui est désormais cultivé. De dimension assez importante (jusqu’à 35 m de haut), doté de fleurs rose vif de grande taille, son bois fournit un aubier précieux pour la santé. Il contient du lapachol, substance qui augmenterait, d’après des études brésiliennes, la destruction des cellules cancéreuses. Les essais les plus nombreux ont été réalisés dans les cas de leucémie. Ainsi, le lapacho possède des vertus antitumorales. De plus, il améliore la formule sanguine, en favorisant la production de globules blancs (leucocytes), responsables de nos défenses immunitaires. On le trouve essentiellement en comprimés de 400 mg.

  • Posologie : Pour remonter les défenses immunitaires, ce qui est nécessaire lorsque notre terrain est trop sensible aux infections, qu’elles soient virales, bactériennes, voire mycosiques, semble-t-il, prendre 3 comprimés par jour, soit 1 200 mg de plante.

 

La maca (Lepidium meyerii)

La maca est un tubercule des hauts plateaux du Pérou, de la région du lac Titicaca, où il est consommé traditionnellement comme aliment. Sa consommation est attestée au XVIe siècle lors de la conquête espagnole, mais elle est beaucoup plus ancienne. C’est un puissant stimulant hormonal, qui favorise la fertilité et la tonicité sexuelle, aussi bien chez la femme que chez l’homme. Il améliore la qualité du sperme et cela sans aucun effet secondaire.

  • Posologie : Prendre 2 gélules (500 mg de plante) le matin à jeun, soit 1 g par jour.


Le boldo (Peumus boldus)

Le boldo est un arbre commun en Amérique latine, au point que les feuilles fortement aromatiques servent traditionnellement dans l’alimentation et comme une sorte de thé. Au Brésil, le boldo est très présent dans les jardins des familles brésiliennes. Les feuilles de cet arbre possèdent des propriétés cholagogues, qui régulent l’activité biliaire, et de plus, elles ont une action digestive et hépato-stimulante. On conseillera ce produit le soir avant le repas en cas de digestion difficile, de paresse hépatique et de douleurs stomacales.

  • Posologie : Prendre 3 ou 4 gélules (soit de 600 ou 800 mg de plante) en traitement journalier. Précaution : cette plante ne doit pas être absorbée par les femmes enceintes en raison de possibles interactions hormonales avec le développement de l’embryon.

 

Le camu camu (Myrciaria dubia)

Cet arbre de la forêt amazonienne fournit des graines parmi les plus riches en vitamine C. Elles en contiennent environ 20 à 30 fois plus qu’un kiwi ! Traditionnellement utilisées dans la cuisine péruvienne, ces graines peuvent être consommées pour leur apport en vitamine C, dont les propriétés antioxydantes sont un allié précieux pour de nombreuses fonctions de notre organisme. En particulier, la vitamine C est un bon protecteur vasculaire, protégeant notamment les parois des artères. Elle permet également de lutter contre les infections, en cas de faiblesse immunitaire et contre de nombreuses maladies dégénératives. On la conseillera en particulier dans les terrains à cancer, en complément du lapacho et de l’Agaricus blazei. Si vous devez faire une cure longue en vitamine C naturelle, vous pouvez alterner un mois sur deux la prise de camu camu et d’acérola (Malpighia punicifolia). Un comprimé de 500 mg bien dosé apporte 85 mg de vitamine C.

  • Posologie : Prendre 1 cuillère à café de poudre de camu camu le matin à jeun. 

 

Et aussi un champignon

L’Agaricus blazei est un champignon brésilien de la même famille que le champignon de Paris, Agaricus bisporus ! Il est connu depuis longtemps par les guérisseurs amérindiens, qui le nomment champignon des dieux ou champignon du soleil. C’est le champignon le plus riche en bêta-d-glucane, molécule dont l’action antitumorale est reconnue. Au Japon, notamment, au point que dans ce pays les personnes atteintes de cancer reçoivent des injections de cette substance. Par voie orale, en gélules ou en macération concentrée, il permet de stimuler les défenses immunitaires, de renforcer l’organisme et de lutter contre les agents infectieux. Vous pouvez combiner ce champignon avec le lapacho.

  • Posologie : Prendre 2 gélules (440 mg de poudre de champignon par gélule) ou 1 cuillère café de macération par jour, le matin à jeun.

 

  • Infos et point de vente
    AEMN, Tel: 01 43 73 05 25
    Site internet : www.acerola-fr.com
    Code réduction 10% ACER500