Alopécie et hirsutisme : la 5-alpha-réductase serait la clef

Pas assez de cheveux ou trop de poils... ces deux phénomènes ont une seule et même cause, une trop grande sensibilité des follicules pileux aux hormones mâles. Pour éviter le traitement hormonal, des chercheurs ont mis au point un produit qui n’agit qu’en surface.

 

De plus en plus de femmes perdent leurs cheveux de manière anormale ou, au contraire, souffrent d’une pilosité trop abondante. Des recherches récentes ont permis de comprendre que les deux phénomènes avaient une même cause : la sensibilité des récepteurs du follicule pileux aux hormones mâles. Ces deux types de problèmes ne relèveraient donc pas fondamentalement d’un trouble hormonal mais d’un fonctionnement anormal de la peau du cuir chevelu.

 

Le mécanisme de l’alopécie


Lorsqu’un homme ou une femme perd ses cheveux, c’est que la testostérone se transforme, sous l’influence de l’enzyme qui porte le nom de 5-alpha-réductase, en dihydrotestostérone (DHT). Celle-ci va stimuler les glandes sébacées qui augmenteront leur production de sébum. Ce sébum va stagner dans le follicule pileux et l’obstruer progressivement. Ainsi, peu à peu, le cuir chevelu s’épaissit et empêche les vaisseaux sanguins de bien nourrir le bulbe.
La DHT raccourcit par ailleurs la période du cycle vital du cheveu (qui passe de quatre ans pour un homme, à deux ans).

Ce sont ces deux phénomènes conjugués qui font que les cheveux affaiblis tombent avant d’avoir atteint leur longueur maximale et cèdent leur place à de nouvelles repousses qui auront aussi une durée de vie raccourcie. Les 15 ou 20 cycles pilaires prévus pour une vie entière seront épuisés beaucoup plus rapidement, en 15 à 20 ans environ au lieu de 40 à 50 ans. Chaque nouveau cheveu sera plus fin et plus court que le précédent avec une évolution progressive vers un duvet puis vers la calvitie.

 

Le mécanisme de l’hirsutisme et de l’hypertrichose


L’augmentation de la sensibilité des récepteurs du follicule pileux aux androgènes est également à l’œuvre chez certaines femmes lorsqu’elles souffrent d’hirsutisme (poils excessifs dans des zones qui ne sont pas poilues normalement chez la femme) ou d’hypertrichose (simple augmentation de la pilosité normale chez la femme). Sauf qu’il s’agit cette fois de poils et non plus de cheveux et que cela se traduit par une pilosité abondante et incontrôlable.
C’est ici aussi l’enzyme 5-alpha-réductase qui est responsable de la conversion de la testostérone en DHT, l’androgène responsable de la production des poils.

 

 

Le traitement sans le risque


Après quinze années de recherches, le Dr Heinrich Wieland, chimiste, et Alfred Schmidt, pharmacologue, sont parvenus à mettre au point un complexe de phytostérols capables de bloquer l’action de la 5-alpha-réductase localement au niveau de la peau. Pour la première fois, l’inhibition de l’activité enzymatique se fait exclusivement de manière locale, sans interférence avec le fonctionnement hormonal systémique et, par conséquent, sans aucun effet indésirable.

 

  • Pour traiter l’alopécie :


Le traitement fait appel à un liquide en spray (de marque Follon, trois applications par semaine) composé de phytostérols auquel sont ajoutés du Sabal serrulata (inhibiteur de la DHT), du tussilage (anti-inflammatoire local), de la mauve (antiseptique), du rétinol (pour la réparation des cheveux), de la biotine (pour la croissance) et du zinc (antiséborrhéique). L’application de cette teinture est complétée par des gélules (deux mois par an) qui contiennent le même complexe de phytostérols, de l’extrait d’Urtica dioica (inhibiteur local de la DHT), du fenugrec pour la microcirculation, de l’acide folique et pantothénique et des vitamines B2 et B6 pour favoriser la croissance. Enfin, un shampooing est recommandé (silicium organique, alphahydroxyacides, acides aminés lipidiques, lipoprotéines d’avoine).

 

  • Pour traiter l’excès de pilosité :


Le complexe de phytostérols, une crème de marque H. Ogel, est appliqué deux fois par jour pendant six mois. Quand ce traitement est terminé, l’entretien ne nécessite plus que deux applications par semaine.

 

Contact :

Phytovia Sarl
BPM 70018
34 rue Gabriel Lippmann
L-5365 Munsbach (Luxembourg)
Tél. : 00 800 31 34 31 34 ou 00 352 26 56 83 25
Site : dermavia.lu
Mél. : phytovia@pt.lu