Coup de soleil, coup de chaleur

Le coup de chaleur

Le coup de chaleur est l’accident qui se produit lorsque la régulation de la température de l’organisme est incapable d’assurer l’évacuation de la chaleur en excès. Il survient principalement lors des grandes vagues de chaleur chez les personnes âgées, les alcooliques, les patients traités avec des médicaments contre les troubles psychiatriques (psychotropes) ou chez les sportifs d’endurance (marathoniens).

 

Les principaux signes sont :

  • une température supérieure à 41 °C,
  • un profond abattement (prostration),
  • une peau chaude et sèche (absence de transpiration),
  • une accélération de la respiration et du pouls. Puis les troubles de la conscience s’aggravent et des convulsions sont possibles.

Les examens sanguins montrent en général une concentration du sang (hématocrite élevé), une surcharge en sel et une augmentation des enzymes musculaires et hépatiques qui est le signe d’une souffrance de ces tissus. Des troubles de la coagulation et de la fonction du rein sont également possibles.

En l’absence de traitement rapide et énergique, la mort est inéluctable. Les principales complications sont une insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, des troubles majeurs de la coagulation et des lésions cérébrales définitives.
La principale mesure est le refroidissement du malade : enveloppement froid, ventilateur, lavage d’estomac à l’eau froide… L’hydratation doit se faire avec prudence pour éviter les complications cardiaques.


Le coup de soleil

C’est la conséquence d’une exposition prolongée de la tête aux rayons solaires. Elle survient avec la plus grande fréquence sous les climats tropicaux, mais elle est possible aussi dans nos régions, spécialement chez des personnes qui exécutent des travaux lourds au soleil.
Il s’agit d’un événement très grave parce que, à l’action de la chaleur sur l’organisme tout entier, s’ajoute l’effet des rayons solaires sur les vaisseaux cérébraux, ce qui se manifeste par des céphalées et des vertiges, suivis de manifestations plus graves comme des hallucinations, convulsions, perte de conscience et coma. La température du corps est fort élevée (40-41 °C).

 

Traitement

Coup de chaleur


  • Belladona 7 CH : 5 granules, toutes les demi-heures (congestion céphalique, transpiration, photophobie, mydriase).
  • Veratrum viride 9 CH : 5 granules, toutes les quinze minutes (céphalée intense, visage rougi et livide, yeux injectés, tête chaude et pesante. Diplopie et mydriase. Lipothymie si on se lève.)
  • Gelsemium 9 CH : Tête vide, « jambe en coton », absence de soif
  • + selon modalités : Aconitum, Apis, Glonoinum,

 

Coup de soleil


  • Aconitum 9 CH : 5 granules, toutes les quinze minutes, en diminuant selon l’amélioration (intense réaction congestive avec fièvre, peau sèche et rougie, soif intense de grandes quantités d’eau froide. Anxiété et peur de la mort).
  • Belladona 7 CH : 5 granules, toutes les demi-heures (céphalée et rougeur du visage, recouvert de sueur. Mydriase et photophobie. Parfois délire fébrile).
  • Apis 30 CH : 5 granules, toutes les quinze minutes (céphalée violente et état de stupeur dû à un œdème encéphalique. Fièvre sans soif).
  • Glonoïnum 5 CH : 3 granules cinq fois par jour. Et en cas de céphalée persistante après une insolation, ajoutez Natrum Carbonicum 15 CH, 1 dose par semaine pendant un mois.
  • Faites également préparer par votre pharmacien ou votre herboriste la formule d’hydrolats (essences florales) suivante :

Hydrolat de Lavande vraie  200 ml

Hydrolat de Rose de Damas  50 ml

Hydrolat de Menthe poivrée  50 ml

  • Puis vaporisez deux fois par jour sur la brûlure ou appliquez à l’aide d’une compresse.

 

Allergie cutanée au soleil (érythème solaire)
 

  • Apis 7 CH : 5 granules, toutes les demi-heures (prurit brûlant amélioré par des applications froides et aggravé par des chaudes).
  • Belladona 9 CH : 5 granules, toutes les deux heures (peau rougie et chaude avec éruption scarlatiniforme)
  • Bioptimum solaire (laboratoire Boiron) : 2 comprimés le matin pendant quinze jours avant, pendant et quinze jours après exposition.


Les gestes élémentaires

  • Dans les coups de chaleur

On met le patient en position horizontale, avec la tête plus basse, on le transporte dans un endroit aéré et on desserre ses habits qui peuvent faire obstacle à la transpiration.

  • Dans le coup de soleil

La première mesure consiste à envelopper le patient dans des vêtements ou draps trempés dans de l’eau froide.

  • Dans l’allergie solaire

La prévention commence une semaine avant et est prolongée pendant toute la période de l’exposition au soleil.