• nettoyage-de-printemps-principes-de-sante.com

Drainage de printemps, c'est le moment

On parle de grand ménage de printemps après l’hiver pour assainir son habitat. Il en est de même avec l’organisme, d’autant qu’entre les diverses pollutions de l’environnement dans lequel nous vivons et celles que nous ingurgitons, les quantités de toxines en tous genres sont nombreuses.


À faire le décompte des toxines que notre organisme doit gérer, on est pris de vertiges et l’on se dit que la pollution ne connaît pas de saison. Pourtant, l’hiver possède ses facteurs aggravants qui nécessitent un bref rappel. La tendance à l’« hibernation », à rester chez soi, à supprimer les exercices physiques comme le froid terrasse notre plateau de fruits et de légumes, à nous porter vers des plats riches en graisses, encrasse gentiment notre organisme. Conséquences ? Nous devons cohabiter avec une liste de symptômes longue comme un dimanche de pluie allant de la sensation de fatigue chronique au teint grisâtre, des maux de tête fréquents à la prise de poids, etc. Du coup, comme pour son chez soi que l’on va briquer à l’arrivée du printemps, les hirondelles sifflent la fin de la récréation et poussent à un travail en profondeur sur les émonctoires – foie, reins, poumons, peau – pour que l’organisme se débarrasse de tous les déchets accumulés.

Mais il s’agit de ne pas commettre d’impairs. Une bonne purification de l’organisme passe par des étapes afin de le préparer et le bon sens doit ici primer. Avant de prendre des compléments alimentaires, une diète s’impose. En fonction des terrains, il est possible d’affiner la base desdites diètes (pour une revitalisation, fruits, jus de légumes crus, sève de bouleau, gelée royale, pour cicatriser les muqueuses, pomme de terre, etc.). 

Protocoles dédiés

Pour un drainage, il est entendu qu’une mise au vert avec des jus de légumes cuits est la solution la plus adaptée au plus grand nombre. La monodiète (puisque c’est de cela qu’il s’agit) peut durer d’un à sept jours (pas plus de trois si vous n’observez pas de repos). Après, à chacun ses pratiques. Hydrothérapie du côlon, chasse aux métaux lourd avec les algues, etc. En parallèle, des protocoles détox existent comme celui que vous trouverez en cliquant sur ce lien. En fonction des besoins de chacun, deux, trois ou quatre produits peuvent être nécessaires ; pour éliminer les métaux lourds, pour refaire la flore intestinale. Pour une détox basique, deux produits émergent : en premier lieu, l’aloé vera qui, on le sait, stimule les émonctoires tout en agissant sur l’intestin.

Extraits de racines

Ensuite et pour accélérer le processus, les laboratoires proposent des complexes de plantes à visée émonctorielle réunissant à des dosages étudiés pour être très efficace, des extraits de racines de pissenlit, bardane, radis noir, de feuilles de romarin et d’orthosiphon, agissant comme un puissant dépuratif. Ne vous étonnez pas, si votre organisme est très encrassé, des quelques désagréments qui peuvent survenir en début de traitement (nausées, éliminations excessives au niveau de la peau).

Ces conseils ne vous dispensent pas de consulter un thérapeute des médecines alternatives. Pour en trouver un près de chez vous, rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com

Pour accéder directement à une liste de naturopathes dans les plus grandes villes, cliquez sur un des liens ci-dessous.