Infections ORL : les remèdes naturels indispensables

La sphère ORL peut être le lieu de nombreuses manifestations pathologiques, parmi lesquelles infections et allergies sont fréquemment en cause, et du reste souvent associées.

Pour ce qui est de la pathologie infectieuse, une mauvaise alimentation s’accompagne habituellement d’une baisse de l’immunité. Nous mettrons de notre côté les meilleures chances de résistance par l’adoption d’une bonne hygiène de vie : alimentation équilibrée et bio, associée à une activité physique pas forcément intense, mais régulière et d’endurance.

Les allergies sont hélas de plus en plus nombreuses, entraînant rhino-pharyngites à répétition et rhinites allergiques, éventuellement associées à de l’asthme.

Chez l’enfant, les aliments les plus fréquemment en cause sont l’œuf, l’arachide, le lait, les poissons, les crustacés, les mollusques, la noix, les légumineuses (dont le soja), le kiwi.

Chez l’adulte, sont retrouvés l’avocat, la banane, le kiwi, la châtaigne, les fruits, les ombellifères (céleri, fenouil, carottes, coriandre, persil), les graines oléagineuses. Des tests cutanés sont nécessaires pour préciser les aliments responsables, dont l’éviction est le seul traitement logique, mais pas toujours facile à réaliser.

Huiles essentielles

  • Assez mauvais, mais diablement efficace. Complexe Alternative est une huile antibactérienne et antivirale à base d’huiles essentielles de ravensara, girofle, cannelle, origan, échinacée et laurier dans une teinture mère de cynorrhodon. Dès qu’on se sent fébrile, prendre 15 gouttes dans un verre d’eau deux à trois fois par jour (5 gouttes pour les enfants dans une cuillère de miel) jusqu’à tant que cela cesse, c’est-à-dire environ 5 jours.

La Vie Naturelle - 
65 rue Claude Bernard - 
75005 Paris
Tél. : 0 800 404 600

Site : www.la-vie-naturelle.com

 

Gargarisme

La camomille dégage les sinus et les nez encombrés. Utilisez-la en gargarisme le soir avant le coucher… Et aussi en tisane et en inhalations.

 Homéopathie

  1. Oscillococcinum : une dose chaque semaine de novembre à avril.
     
  2. Mucococcinum : sucer un comprimé-dose toutes les trois semaines, dès le début de l’automne et durant la période hivernale. En période épidémique, un comprimé-dose toutes les semaines.
     
  3. Influenzinum 9 CH : c’est une dilution infinitésimale du vaccin antigrippal de l’année. La souche change donc tous les ans. Prendre une dose par semaine pendant quatre semaines. Une dose de rappel un mois plus tard, ensuite une dose par mois jusqu’à la fin de l’hiver.

 

Oligo-éléments

  • Oligostim Cuivre-or-argent (Dolisos). Modificateur de terrain au cours de la phase de convalescence des maladies infectieuses. Prendre 1 à 2 comprimés par jour (réservé à l’adulte). En pharmacie. 

 

Mauvais plan

Plus dangereux qu’utiles, tous les produits qui se contentent de masquer les symptômes sans aller au fond des choses. En particulier les vasoconstricteurs (qui « débouchent » transitoirement le nez, lequel se « rebouche » de plus belle ensuite), les corticoïdes locaux (qui favorisent l’infection), les antibiotiques (qui sont inactifs sur les virus et les allergies, et favorisent les résistances bactériennes).