Les bouffées de chaleur

La bouffée de chaleur ne démarre que si le « feu couve ». Le plus souvent un petit détail suffira pour la faire flamber, une contrariété, un stress qui vient s’ajouter à un état de fatigue récurrent ou à un état émotionnel instable. D’autres facteurs sont aussi en jeu.

 

Les mécanismes

La thyroïde (organe « feu » de l’été) est un véritable thermostat qui régule la température du corps. Lors de la préménopause le cycle est perturbé et la production hormonale anarchique (souvent en baisse) favorise l’apparition de bouffées de chaleur.

  • Les sueurs nocturnes signent une plénitude énergétique du foie.
  • Les sueurs diurnes signent plutôt un désordre hormonal. Il est possible d’avoir les deux types de bouffées de chaleur.
     

Les solutions naturelles

Le concept de BioSanté apporte une solution globale et naturelle.

L’alimentation

Éviter les repas trop copieux ou trop riches en graisses saturées.

Les plantes

De nombreuses plantes modèrent le désagrément des bouffées de chaleur.

Certaines ont une action hormonale :

  • La sauge est sans conteste la plante régulatrice hormonale (en hydrolat, 1 cuillère­ à soupe avec de l’eau).
  • Le framboisier est efficace en tant que régulateur hormonal de la préménopause (en gemmothérapie, 10 gouttes pures).

Certaines sont plutôt relaxantes :

  • Le cimicifuga, numéro un dans ce rôle.
  • Le houblon très efficace mais légèrement carminatif.
  • Le mélilot chez les insomniaques, lors de bouffées de chaleur nocturnes.

Pour plus d’efficacité, n’hésitez pas à associer plusieurs plantes (6 à 9 gélules par jour).

Les huiles essentielles

Par voie orale, leur action est immédiate : menthe poivrée + cyprès (1 goutte de chaque 3 fois par jour du 7e au 21e jour). Ou en traitement de fond par voie cutanée : cyprès + hélichryse + calophylle (3 gouttes pures de chaque huile, à appliquer en massage au bas de la colonne lombaire et sur les poignets).
 

L’homéopathie

Ces remèdes s’utilisent en tubes granules (9 CH, 3 granules 3 à 5 fois par jour).

Lors de bouffées de chaleur avec sueur :

  • Belladona, sensation de soif associée à la chaleur.
  • Glonoïnum, congestion du crâne avec battements.
  • Amylium nitrosum, angoisse suivie d’une sensation de froid.
  • Rauwolfia et sépia, sueurs froides.

Lors de bouffées de chaleur sans sueurs :

  • Aconit napellus, anxiété et palpitations.
  • Sanguinaria canadensis, localisées au visage avec douleurs battantes de la tête.
  • Melilotus, si céphalées congestives.
  • Salvia officinalis en teinture mère (6 DH, 30 gouttes par jour).

 

Quand la température monte

  1. Détournez votre pensée pour ne pas vous focaliser sur la bouffée de chaleur.
  2. Respirez par le ventre.
  3. Relaxez-vous avec le yoga, taï chi, chi gong, qui rééquilibrent les énergies.
  4. Douchez-vous (brièvement) à l’eau fraîche ou froide, si la bouffée de chaleur est accompagnée de sueurs nocturnes.
  5. Portez des vêtements amples et aérés (en fibres naturelles) de couleur claire (pas de foulard rouge autour du cou qui stimule la thyroïde).
  6. Buvez 2 cuillères à soupe d’hydrosol de sauge dans un verre d’eau dès le début des bouffées de chaleur.
  7. Renforcez l’action de la sauge avec 5 granules de Belladona en 9 CH toutes les 15 minutes jusqu’à disparition du problème.

À consulter : www.biosanteaufeminin.fr.

 

par Patrick Hoor, ostéopathe DO, thérapeute de BioSanté