Les infections urinaires

Les infections urinaires sont causées par la prolifération anormale d’agents infectieux dans le système urinaire qui comprend les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. Il s'agit des infections - aiguë ou chronique d'un ou de plusieurs organes qui font partie de l'appareil urinaire : la vessie (réservoir des urines), les reins (qui fabriquent l'urine), l'urètre (canal situé sous la vessie qui permet l'évacuation des urines), ou la prostate (glande située autour de l'urètre de l'homme). Les reins assurent la filtration du sang et en permettent l’élimination des déchets. Ils jouent également un rôle important dans la régulation des liquides corporels et de la pression sanguine. La vessie agit en tant que réservoir d’urine. Quant aux uretères et à l’urètre, elles permettent le passage de l’urine des reins à la vessie, puis à l’extérieur du corps. 

 

Les causes :

Une infection des voies urinaires est généralement causée par des bactéries qui s'introduisent dans l'urètre pour remonter ensuite à la vessie, provoquant alors une infection de la vessie. Une infection rénale est pour sa part le résultat de la remontée des bactéries de la vessie aux reins. Les bactéries qui causent le plus souvent une infection des voies urinaires se trouvent à la surface de la peau dans la région génitale ; il s'agit d'Escherichia coli. une infection peut résulter d'un blocage de l'écoulement normal de l'urine ou d'une accumulation d'urine qui remonte de la vessie jusqu'aux reins. Des infections récurrentes peuvent être dues à des calculs rénaux ou vésicaux.

L’anatomie du système urinaire féminin augmente considérablement le risque d’infections urinaires qui sont statistiquement plus fréquente chez la femme. Car l’urètre de la femme, plus court, facilite la contamination de la vessie par les bactéries. Les jeunes hommes sont peu touchés par cette affection. Cependant, les hommes d’âge mûr qui sont atteints de troubles de la prostate sont plus à risque, l'infection urinaire est donc plus souvent la résultante d'autres troubles au niveau de l'appareil urinaire, en particulier l'existence d'un adénome de la prostate

Problème répandu :

Les infections urinaires sont parmi les complications les plus fréquentes de la grossesse. Elles s'observent chez 2 à 11% des patientes, et sont au premier rang des pathologies infectieuses bactériennes. Cette variabilité en fréquence est liée aux différentes caractéristiques des populations étudiées: grossesses normales ou pathologiques, aux méthodes de détection, et à la fréquence de leur utilisation. 

  • Les femmes, surtout celles qui sont actives sexuellement. Le taux d’infection est 50 fois plus élevé que chez les hommes. 
  • Les femmes enceintes sont particulièrement à risque en raison de la pression exercée par le bébé sur le système urinaire, mais aussi des changements hormonaux inhérents à la grossesse.
  • Les femmes ayant une vaginite causée par une baisse d’hormones œstrogènes, après la ménopause.
  • Les personnes diabétiques, en raison du taux élevé de sucre dans leur urine, qui constitue un milieu favorable au développement bactérien.
  • Les personnes chez qui on a introduit une sonde dans l’urètre. Les personnes qui ne peuvent uriner, qui sont inconscientes ou gravement malades ont souvent besoin d’une sonde le temps de retrouver leurs fonctions urinaires. Certaines personnes qui ont une atteinte au système nerveux en auront besoin toute leur vie. Les bactéries se servent alors de la surface du tube pour infecter le tractus urinaire. Parfois contractées à l’hôpital, ces bactéries ont pu développer une certaine résistance nécessitant le recours à des antibiotiques plus puissants.

  • Pour les hommes : Lorsque atteints d’une hypertrophie bénigne de la prostate ou d’une prostatite. L'augmentation de taille de la prostate comprime l’urètre, ce qui ralentit l’évacuation de l’urine.

 

Prévention :

De simples conseils hygiéniques suffisent souvent à faire prévenir et éviter les infections urinaires :

  • Boire de 1.5 litres par jour
  • Pratiquer une toilette vulvaire au savon
  • Lutter contre la constipation 
  • S'essuyer avec le papier hygiénique en allant d'avant vers l'arrière
  • Éviter les toilettes périnéales trop énergiques
  • Uriner immédiatement après les rapports sexuels
  • Éviter les pantalons serrés et les sous-vêtements en fibres synthétiques qui favorisent la transpiration et la multiplication des germes. 

 

Traitement naturel : 

SanUral (gélules de 375mg) : par son action antibactérienne et anti-inflammatoire, il permet d’assainir les voies urinaires et d’éviter la prolifération de germes dans l’appareil urinaire. Certaines des plantes qui le composent ont également une action anti-inflammatoire et astringente prépondérante. 

 

Infos et point de vente : 

Botavie
BP 498
CH-1214 Vernier (Suisse)
tél : 00 41 22 930 00 42
fax : 00 41 22 930 00 18
Email : info@botavie.com
Site : www.botavie.com 

 

 


À découvrir :

 

À lire :

 

À écouter sur Radio Médecine Douce :