• Traitez naturellement vos mycoses plantaires

Les mycoses plantaires

Les mycoses plantaires, appelées « pieds d’athlètes » chez le sportif, sont dues à plusieurs types de champignons de la variété des dermatophytes qui se nourrissent de peau. Le Trichophytum rubrum est plus rare mais plus coriace que le Trichophytum mentagrophite.


On les reconnaît aux irritations entre les orteils (intertrigo). Soit qu’il s’agisse de simples squames sèches, soit de fissures qui gagnent peu à peu la plante et le dessus des pieds. La peau pèle, se fend, devient rouge ou se couvre de dépôts blanchâtres. Il peut y avoir des suintements et des surinfections par d’autres germes.

Dans certains cas, les ongles sont touchés car le champignon détruit peu à peu la lame unguéale, de la périphérie vers sa racine, en créant un dépôt jaunâtre tantôt sous la forme d’une fine poudre sous l’ongle, tantôt avec des sillons sur l’ongle.

Les mêmes champignons donnent parfois des lésions irritatives des plis de l’aine et parfois sous les bras. Dans ce cas, la lésion peut se propager peu à peu en donnant une pigmentation de la peau et des démangeaisons.


Conseils généraux

  • Bien sécher et protéger la peau
    Les mycoses ont besoin d’humidité pour proliférer. Il faut donc bien sécher les espaces entre les orteils, éventuellement avec un sèche-cheveux.
     
  • Lutter contre la sudation des pieds
    La sudation dans un milieu fermé (chaussures de sports) favorise la prolifération des germes. Utilisez donc des poudres absorbantes pour combattre la sudation.
     
  • Un meilleur apport en zinc et vitamines B
    Vous devez privilégier une alimentation saine et équilibrée, plutôt qu’une supplémentation en vitamines de synthèse, qui favorisera l’apport quotidien suffisant en zinc et en vitamines du groupe B (notamment B8 et B9), incontournables dans le fonctionnement de l’organisme. Ces oligo-éléments et vitamines étant connus pour diminuer significativement la survenue de certaines infections. Pour l’apport en zinc, votre alimentation devra être riche en noix, noisettes, pissenlit, ail, œufs, poissons et légumes. Pour les vitamines B8 et B9 : champignons, poulet, œufs, légumes secs, légumes verts, germe de blé, levures et foie. En revanche, évitez les fromages et les produits laitiers dont la prise excessive favorise les mycoses.

    Il est également recommandé de prendre des probiotiques pour restituer à la flore intestinale son action antifongique naturelle.


Attention aux gîtes microbiens

  • Pour éviter les récidives, il faut bien désinfecter les ongles lorsqu’on les coupe.
    Les bains avec du gros sel et du bicarbonate de sodium sont parfois utiles : une poignée de gros sel par litre d’eau et 30 g de bicarbonate. On peut ajouter une décoction de sauge et de bardane : faire bouillir 4 cuillères à soupe par litre d’eau pendant trois minutes et laissez infuser vingt minutes.
     
  • Il existe d’autres germes comme le pyocyanique ou le staphylocoque doré susceptibles de surinfecter les mycoses. Au moindre doute, votre médecin vous fera pratiquer un prélèvement bactério-mycologique en choisissant le dernier espace interorteil car c’est la zone la plus tenace.


Homéopathie

  • Pour lutter contre les mycoses : Trichophytum 4 CH stimule les défenses contre ce champignon.

Pour améliorer le terrain :

  • Berberis 4 CH, 5 granules le matin pour le retour veinolymphatique.
  • Silicea 4 CH en cas de sueur abondante, ou Nitricum acidum 7 CH si la sueur est irritante.
     

Phytothérapie

Par voie interne

  • Choisissez des plantes qui diminuent la sudation et qui tonifient l’immunité comme la sauge (sauf si vous avez un terrain sanguin qu’elle renforce trop). Le gingembre, la cardère sont également utiles dans les lésions dermatologiques.
     
  • Pensez également à soigner le foie avec des hépatotropes comme le chardon Marie ou le romarin car le foie intervient dans la lutte contre l’acidité qui favorise les mycoses.
     
  • L’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) sera utile à la dose de 25 gouttes par jour mélangées à de l’eau ou du jus de fruit. L’EPP étant un antifongique et un antimycosique naturel reconnu. (en savoir plus sur l'EPP)


Par voie externe

  • Employez des huiles essentielles à appliquer directement sur la zone concernée comme le tea tree (Melaleuca alternifolia), la palmarosa (Cymbopogon martinii), la cannelle (Cinnamomum verum). Cette dernière, très corrosive, doit être diluée à 1 ou 2 % dans un excipient approprié.
     
  • Vous pouvez également utiliser les produits de la gamme Mycobio (vendue en pharmacie). Le gel (à base de plantes tropicales) sera associé au talc (à base de silicate de magnésie naturel et d’oxyde de zinc) pour absorber les sérosités ; et sous les ongles, la lotion à base d’huiles essentielles bio, en appliquant une goutte matin et soir sur chaque ongle touché.

 

Pour élargir votre connaissance du sujet lisez l'article d'alternativesante.fr sur la candidose chronique