• maladies cardiovasvulaires

Maladies cardiovasculaires, prévenir à tout prix !

À partir de 50 ans, la prévention des maladies cardiovasculaires devient une priorité puisqu’elles représentent de loin la première cause de mortalité. Il faut donc porter une attention toute particulière à changer ses habitudes d’hygiène de vie et compter sur quelques produits naturels pour préserver son cœur.


Avec l’âge, les artères perdent de leur souplesse et durcissent (artériosclérose) ce qui favorise les dépôts de plaques d’athérome sur leurs parois (athérosclérose). Les facteurs de risque (tabac, hypertension, cholestérol, diabète…) ne s’additionnent pas mais se multiplient, augmentant considérablement le danger de développer une maladie cardiovasculaire.

Artériosclérose et athérosclérose, les causes du mal

Les parois des artères, devenues trop rigides, perdent de leur effet amortisseur sous les coups répétés des pulsations cardiaques qui leur infligent un traumatisme : 70 fois par minute, le cœur envoie une grande giclée de sang dans nos artères qui, à chaque fois, se dilatent. On comprend donc pourquoi, après cinquante ans de ce régime, les parois sont moins souples ! La baisse de cette fonction d’amortisseur explique l’élévation des chiffres de la pression artérielle. La pression sur la paroi est tellement puissante qu’elle l’écorche, arrachant régulièrement quelques cellules. La zone artérielle ainsi lésée va cicatriser, mais, parfois, la cicatrice incorpore des graisses, du cholestérol, facilitant alors l’installation des dépôts qui s’incrustent.

Quand la maladie de l’athérosclérose n’est pas décelée à temps et s’aggrave, le danger le plus important est l’infarctus. À cause d’une coronaire bouchée, le sang ne passera plus et une région du cœur, n’étant plus irriguée, va se nécroser. S’il s’agit d’une artère cérébrale, c’est une partie du cerveau qui, privée de sang, entraîne alors un infarctus cérébral (une « attaque » ou AVC). Quand c’est une artère des jambes qui est obstruée, le danger, c’est l’artérite, parfois la gangrène.

La prévention est indispensable

À partir 45 ans, il devient indispensable d’entraîner son cœur pour qu’il soit plus irrigué par les artères coronaires et l’ensemble du réseau artériel. Pour cela, il faut pratiquer une activité physique quotidienne d’environ 30 minutes (ou deux fois 15 minutes). Et privilégier une activité où l’on respire, comme la marche ou la course à pied, à un rythme raisonnable. Cette activité permettra en même temps de contrôler son poids et de régler la sécrétion d’insuline par le pancréas, ce qui contribuera à prévenir l’apparition d’athérosclérose et de diabète.

Seconde règle incontournable : respecter une hygiène alimentaire qui limitera les risques de formation de plaques d’athérome, en suivant à la lettre les cinq commandements suivants :

  • Limiter fortement les graisses animales (beurre, crème, fromages gras, viandes grasses, charcuterie).
  • N’utiliser que des huiles végétales bio, d’olive ou de colza.
  • Consommer du poisson trois fois par semaine (pour ses acides gras oméga 3 qui diminuent la rigidité des artères).
  • Manger plusieurs fruits et légumes à chaque repas (contenant des antioxydants qui favorisent la souplesse des parois artérielles et des fibres qui régulent les taux de sucre et de cholestérol).
  • Limiter l’emploi du sel, qui entraîne une élévation de la pression artérielle, fatigant le cœur.

Prévention et traitement naturel de l’artériosclérose

Physiologiquement les dépôts de calcium ne se produisent que dans deux endroits : les os et les dents. Malheureusement, avec l’âge, des dépôts anormaux de calcium se fixent au niveau de certains tissus comme la paroi interne de nos artères, c’est le phénomène d’artériosclérose (durcissement des artères). En vieillissant, nous perdons notre capacité à réguler la balance calcique qui se fait même dans le mauvais sens puisque le calcium quitte les os (ostéoporose) pour se fixer dans les artères (artériosclérose). La vitamine K2 aide à réguler la balance calcique en gardant le calcium dans les os plutôt que dans les artères. Mieux encore, les dernières recherches indiquent que la vitamine K2 permet même d’inverser le phénomène de calcification artérielle ce qui en fait le seul traitement actuellement connu de l’artériosclérose. Il est utile de la combiner à de la vitamine D dont plusieurs études ont montré qu’elle diminue la mortalité due au cancer, aux maladies cardiovasculaires et au diabète de type II, soit les pathologies à l’origine d’environ 70 % des décès dans les pays civilisés. J’utilise le K‑D‑Plex à raison de 1 gélule par jour qui associe 300 UI de vitamine D et 135 μg de vitamine K2 (ménaquinone).

Prévention et traitement naturel de l’athérosclérose

La médecine classique ne propose aucun traitement pour « nettoyer » ses artères alors qu’en médecine naturelle, nous avons la méthode de la chélation orale.
La chélation par voie orale est une méthode de nettoyage des artères qui est sans danger et d’une extraordinaire efficacité. Il est maintenant possible d’aider le système circulatoire, d’une façon entièrement nutritionnelle, à débarrasser l’organisme des plaques d’athéromes incrustées dans les parois des artères.
Je réalise cette chélation orale au moyen du Vasuplex, une formule complexe associant des plantes, des vitamines et des minéraux. Il est indispensable de respecter le protocole de ce traitement aussi bien au niveau de la durée que des doses si on veut obtenir des résultats.

  • Nettoyage vasculaire (chélation orale) : prendre 9 comprimés de Vasuplex par jour aux repas. Durée : un mois par tranche de dix ans d’âge (soixante ans = 9 comprimés par jour pendant six mois)


L’hypercholestérolémie

Le traitement classique de l’hypercholestérolémie consiste en la prise de médicaments (des statines) nocifs pour le cœur ! En effet, le taux de coenzyme Q10 chute de 25 % à 40 % sous l’effet d’un traitement par statine. Le coenzyme Q10 est présent dans les mitochondries de toutes nos cellules où il joue un rôle capital dans la production d’énergie. Notre cœur est un muscle qui travaille 24 heures sur 24 et il doit donc produire beaucoup d’énergie. C’est pourquoi nos cellules musculaires cardiaques sont remplies de mitochondries qui utilisent le coenzyme Q10. Les patients traités avec des statines affaiblissent donc leur muscle cardiaque. Je déconseille formellement l’usage de statines d’autant plus qu’il existe un traitement naturel aussi efficace que ces médicaments. J’utilise le Moduchoplex forte (3 gélules par jour avant les repas) qui permet une normalisation du taux de cholestérol après seulement un mois de traitement. Ensuite la dose peut être ramenée à 2 gélules par jour en entretien.
L’arrêt des statines au profit du Moduchoplex peut se faire instantanément et sans aucun danger.


L’hypertension artérielle

De l’avis médical, l’apport alimentaire de sel mal dosé est suspecté de faire le lit des troubles cardiovasculaires, en particulier des apports trop importants en sel (NaCl) sont un facteur de risque d’hypertension artérielle. De nombreuses études ont démontré que la sensibilité organique au sel ne dépend pas de l’ion sodium (Na) seul, mais de l’association, de la liaison des ions sodium (Na) avec les ions chlore (Cl), autrement dit du chlorure de sodium.

Il existe un complément nutritionnel, le sel Chito, qui modifie cette liaison sodium / chlore à l’aide d’une forme particulière de chitosan, un bio polymère naturel issu des carapaces de crustacés. Le sel Chito est un sel de mer de très bonne qualité biologique, qui a parfaitement conservé son goût et son pouvoir salant, mais dont la plupart des effets biologiquement indésirables ont été éliminés. C’est un allié de choix pour toute personne soumise à un régime alimentaire restreignant la consommation de sel, en particulier les régimes alimentaires sans sel, de l’obésité, du surpoids, de la cellulite, du cholestérol, enfin c’est un complément favorable en cas d’hypertension. Il s’utilise comme le sel de cuisine ou de table ordinaire et pour tous ses usages habituels : cuisson des aliments, agents de saveur, sel condimentaire.

Faut-il manger du poisson ou se supplémenter en oméga 3 ?

Plusieurs problèmes se posent avec le poisson. Premièrement, tout le monde n’est pas prêt à consommer trois fois par semaine du maquereau ou du hareng. Deuxièmement, beaucoup de poissons comme le saumon sont des poissons d’élevage qui contiennent moins d’oméga 3 que les poissons sauvages. Troisièmement, les poissons sauvages sont des éponges à toxiques et concentrent dans leur chair la pollution (le mercure) de nos mers et de nos rivières. Finalement, la prise d’oméga 3 sous forme de complément alimentaire est la solution la plus simple et surtout la plus efficace à condition de trouver un produit de qualité. Parmi les nombreux compléments alimentaires à base d’oméga 3 vendus dans le commerce, il est navrant de constater que beaucoup d’informations sont occultées ou oubliées (le rapport EPA / DHA, la provenance de l’huile et le type de vitamine E utilisé).
J’utilise Omegaplex-3 qui contient 90 % d’oméga 3 et de la vitamine E sous forme alpha-tocophérol. Mais, surtout, le produit est de qualité pharmaceutique et donc sans dioxines ni métaux lourds. L’action favorable des oméga 3 sur la tension artérielle, l’élasticité des vaisseaux, l’agrégation des plaquettes sanguines, la diminution du taux de cholestérol et de triglycérides circulants ainsi que sur les troubles du rythme cardiaque est démontrée par des centaines d’études cliniques.

Les 10 principaux facteurs de risques cardiovasculaires : 

  1. L’âge.
  2. L’hérédité : un antécédent familial constitue un facteur de risque très important.
  3. Le diabète : les cellules des parois artérielles des diabétiques se défendent mal contre les micro-traumatismes dus aux battements cardiaques.
  4. L’hypercholestérolémie.
  5. L’hypertension, qui favorise l’installation des lésions au niveau des parois artérielles (plaques d’athérome).
  6. Le tabagisme exerce un effet toxique sur les cellules artérielles qui ne se régénèrent pas, d’où un rétrécissement de l’orifice.
  7. La surcharge graisseuse abdominale, signe que l’individu « fabrique » de la mauvaise graisse, celle qui obstrue les artères.
  8. Le stress, qui provoque de l’hypertension.
  9. La sédentarité diminue l’élimination par l’organisme du mauvais cholestérol.
  10. L’état inflammatoire, matérialisé par la vitesse de sédimentation et la protéine C réactive.