Pour retrouver une eau vraiment potable

L’eau dite potable transporte de nombreuses substances toxiques qui nous empoisonnent un peu plus chaque jour. Cet inquiétant constat pousse les scientifiques à élaborer des techniques très pointues pour redonner à l’eau du robinet sa pureté et son énergie originelles.

Quelle eau boire ?

Si l’on en croit les récentes conclusions du rapport de l’Académie nationale de pharmacie, ce n’est pas au robinet qu’on va trouver l’eau pure dont notre organisme a besoin. L’eau du robinet, est, aux dires même de l’Académie, une véritable pharmacie qui nous abreuve quotidiennement de toutes sortes de médicaments, des antibiotiques aux hormones en passant par les anti-inflammatoires ou les antidépresseurs, sans oublier les somnifères. Le constat est effarant : les médicaments sont partout – dans les eaux souterraines comme dans les eaux de surface – et ils se retrouvent finalement dans nos verres à table car les stations de traitement des eaux échouent à les éliminer ! Tout comme elles ne parviennent à éliminer ni les résidus de pesticides, ni les métaux lourds que l’on retrouve aussi dans les canalisations… À la vôtre. 


De l’arsenic dans les bouteilles en plastique

Beaucoup de consommateurs ont donc fait le choix de l’eau minérale en bouteille. Celle-ci ne contient pas (encore) de médicaments mais en revanche, les eaux minérales contiennent souvent de l’antimoine. Cet élément chimique proche de l’arsenic est utilisé comme catalyseur de polymérisation du PET, le plastique des bouteilles d’eau. De plus, pendant la durée de stockage et l’exposition à la chaleur, le PET libère également de l’acétaldéhyde et du formaldéhyde, toxiques reconnus pour le foie et le cerveau. Sans compter que de nombreuses marques stérilisent aux UV ou aux rayons gamma les packs d’eau déjà fermés, achevant de dévitaliser, d’oxyder et de déstructurer l’agencement des molécules d’eau. De l’eau morte, en quelque sorte.


L’osmose inverse, une découverte de la NASA

Une solution est d’employer un appareil d’osmose inverse mis au point à l’origine par la NASA pour traiter l’eau utilisée par les astronautes – dont le principe est d’opérer un filtrage si fin qu’il ne laisse passer que les molécules d’eau. Ce système est effectivement capable d’éliminer tous les polluants et de rendre l’eau pure grâce à l’utilisation d’une filtration au charbon actif végétal. Pour autant, l’eau osmosée n’a pas recouvré l’énergie qu’elle avait perdue en stagnant dans les bassins de décantation ou dans les canalisations. Il faut aller plus loin.


Retrouver la pureté originelle de l’eau

L’eau que nous buvons tous les jours est en effet inerte car les liaisons hydrogène qui unissent les molécules de son réseau se remanient mille fois moins souvent que dans la nature. L’eau jaillissant des sources est, au contraire, vivante et se régénère en permanence (voir encadré). Depuis trente ans, des chercheurs japonais mettent en place des procédés pour rendre à l’eau du robinet l’énergie perdue grâce à des roches particulières : les céramiques EM, une découverte fascinante ! Ce sont des argiles rouges composites imprégnées des formes de vie les plus anciennes comme les bactéries de fermentation, lactobacilles ou bactéries de photosynthèse, ainsi que d’autres micro-organismes présents dans les sols. Ces bactéries, fossilisées à 700 °C dans la roche, apportent à l’eau à la fois des informations sur cette vie originelle, et aussi des rayons infrarouges naturels apportés par l’argile elle-même. Ces rayons sont capables d’effacer la mémoire des pollutions passées. Au final, le procédé permet de régénérer l’eau et de réorganiser sa matrice.

Enfin, pour que l’eau réponde complètement aux besoins de l’organisme, il faut lui imprimer le mouvement tourbillonnaire qui rétablit son énergie cinétique. Après absorption, elle est alors immédiatement assimilée par l’organisme. Son rôle est d’hydrater les cellules et de leur transférer son énergie. À l’inverse, une eau inerte va absorber l’énergie du consommateur pour se reconstituer. Il est donc important de la dynamiser juste avant de la boire.


Une eau de source au robinet ? C’est possible

Aujourd’hui il existe des appareils qui combinent ces trois aspects (filtrer, régénérer, dynamiser). L’objectif est de produire une eau aussi vivante que celle d’une source. Certes, ces appareils représentent un investissement financier important (environ 1 300 e). Mais il faut comparer celui-ci au coût des filtres des appareils d’osmose inverse, qu’il faut changer très régulièrement et au coût directs et écologiques de l’eau en bouteilles. N’oublions pas que l’eau est le composant principal du corps et qu’à ce titre, sa qualité a un prix.

 

Aqua Avanti osmo EM
Cytobiotech
Parc Euromédecine
912 rue de la Croix-verte, bât. 3
34198 Montpellier Cedex 5
Tél. : 04 67 67 02 42
Email : info@cytobiotech.com
Site : www.cytobiotech.com
 

 

À lire :

  • notre hors série Pratiques de Santé "L'EAU" (1,50 €)

À écouter :