Un médicament sur deux enfin reconnu inutile, voire dangereux !

Un livre choc vient de sortir : « Le guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », coécrit par deux médecins spécialistes : Bernard Debré, député UMP de Paris, et Philippe Even, directeur de l’Institut Necker. Ce guide recense 50 % de médicaments inutiles, dont 5 % sont dangereux.

Enfin deux pontes qui donnent raison aux semeurs d’alerte – dont votre serviteur fait partie – qui, depuis des années, ne cessent de crier au scandale face au monopole absolu de l’industrie pharmaco-chimique, cette mafia criminelle qui ruine la France en faisant semblant de travailler pour la santé publique.

Debré et Philippe Even, auteurs en 2011 d’un rapport au vitriol dans l’affaire du Mediator, passent cette fois au crible 4 000 médicaments. L’ancien doyen de la faculté de Médecine de Paris lance une nouvelle charge contre l’industrie pharmaceutique, qualifiée de « la plus lucrative, la plus cynique, la moins éthique de toutes les industries ».

Le Pr Even s’en prend tout particulièrement aux statines, médicaments contre le cholestérol « avalés par 3 à 5 millions de Français », qui coûtent « à la France 2 milliards d’euros par an » et qu’il juge « complètement inutiles ». Au total, de 10 à 15 milliards d’euros sont ainsi « gaspillés chaque année, sans aucune amélioration de la santé des patients » (bien au contraire).

Selon le Pr Even, pour régler le problème du manque d’argent dans le domaine de la santé et du déficit de l’assurance-maladie, « il suffit de retirer du marché les médicaments dangereux, inutiles ou inefficaces ». Le livre recense ainsi, « 50 % de médicaments inutiles, 20 % mal tolérés, et 5 % potentiellement très dangereux, mais, incroyable paradoxe, 75 % sont remboursés ». Donc, si l’on compte bien, il ne resterait que 25 % de médicaments utiles et « honnêtes ». Ça ne fait franchement pas lourd…