Alzheimer, un protocole phyto pour ne pas perdre le fil...

La maladie d'Alzheimer n'est pas la traduction du vieillissement normal de l'individu. Il s'agit d'une maladie à part entière où les métaux lourds et le stress oxydatif jouent un rôle majeur. 

En 1907, le Dr Alois Alzheimer décrit pour la première fois le cas peu ordinaire d’un patient qui vient de décéder. Il pratique l’autopsie de cet homme, âgé de 55 ans souffrant de démence et caractérise sa maladie par des plaques amyloïdes ou séniles (qui ressemblent à l’amidon) et des amas neurofibrillaires (des paquets filandreux de cellules) dans le cerveau.

Cent ans plus tard, la maladie d’Alzheimer a explosé et concerne  maintenant, en France, entre 650 et 800 000 personnes. On enregistre 90 000 nouveaux cas par an. De 65 ans à 80 ans, elle touche 10 % de la population, ce taux passe à 20 % pour les personnes de plus de 80 ans et 40 % pour les plus de 85 ans !

Dix critères cliniques

Classiquement, on se base sur dix critères cliniques pour parler de maladie d’Alzheimer.
Ce sont les signes avant coureurs les plus fréquents :

  • Troubles amnésiques.
  • Difficultés dans les tâches quotidiennes.
  • Problèmes de langage.
  • Désorientation spatio-temporelle.
  • Faiblesse de jugement.
  • Difficultés avec la pensée abstraite.
  • Objets mal placés.
  • Modification de l’humeur.
  • Modification de la personnalité.
  • Perte de l’initiative.

Les étapes de la maladie

Les troubles apparaissant en premier lieu touchent la mémoire.

Cette amnésie est souvent négligée mais, progressivement, apparaît une perte de mémoire plus sévère : les malades ont du mal à se souvenir des événements récents. Par exemple, ils sont incapables de se rappeler qui est venu leur rendre visite récemment ou ce qu'ils ont vu à la télévision. Ils se souviennent cependant des événements d’un passé largement révolu.

À ce stade apparaît une désorientation temporelle et spatiale : les patients ont tendance à se perdre dans des endroits qui leur sont pourtant familiers ou à vagabonder. Ils n'ont plus de repères de temps. Ils perdent la capacité de se prendre en charge.

On note souvent une exagération des traits de personnalité : colères chez les patients irascibles, passivité marquée chez les sujets placides, anxiété, dépression... et la maladie évolue à vitesse variable jusqu’à la perte d’initiative et l’asthénie complète.

Peu à peu s'installent des troubles phasiques (langage), praxiques (gestuelle), gnosiques (reconnaître des objets par exemple) et une atteinte des fonctions exécutives (penser de façon abstraite, planifier, organiser).

Les personnes à risque

  • Les personnes qui, dans leur famille, ont des cas de maladie d’Alzheimer ou de trisomie 21 sont plus exposées à la maladie.
  • Il a également été observé qu’un traumatisme important (accident ou choc) peut être un facteur déclenchant.
  • Autres facteurs de risques connus: l'hypertension, le diabète et l'artériosclérose.

 

Préventivement et dès les premiers symptômes…

L'ensemble des objectifs sont rencontrés par ALZ Action Program.


Ce complexe regroupe en un seul conditionnement et par mois complet d'utilisation les différents produits et substances nécessaires à la réalisation d’une action significative dès les premiers symptômes

  • Eliminer les métaux lourds

Le lien étant très fortement probable entre les métaux lourds et le développement de la maladie, il est préférable de se débarrasser des métaux lourds stockés dans le corps.

  • Soutenir les neurotransmetteurs et améliorer la mémoire

Contre les troubles physiques et psychiques dus au vieillissement prématuré et plus particulièrement: les troubles cognitifs, de la mémoire et de l’humeur (dépression du sujet âgé), les troubles vasculaires ischémiques périphériques : artérites, myocardiques, angines de poitrine et centraux : artériosclérose.

  • Améliorer la circulation cérébrale

Les difficultés cognitives et le syndrôme dépressif peuvent être améliorés lorsque l’homocystéine est convertie en méthionine, ce qui augmente la production naturelle de SAMe (anti-dépresseur naturellement sécrété par le corps). 

  • Poursuivre l’apport massif des oméga-3

Les personnes atteintes de démence consomment nettement moins d’acides gras oméga-3 que les autres.

 

  • ALZ Action Program

Laboratoire S&P
8 Venelle de Sart
B-1300 Wavre (Belgique)
Tel : 00 32 10 24 57 72
Commandes en France :  Tél. 04 50 37 91 01
Web : www.labosp.com
Couriel : info@labosp.com