• maladies-de-l-oeil

Maladies de l'oeil : tous les remèdes naturels de prévention

L’œil est l’un des organes les plus exposés au vieillissement car il est exposé à la lumière de dix à cent fois plus que la peau. Il est soumis plus que tout autre organe au stress radicalaire et au vieillissement mécanique (lorsque le cristallin perd de son élasticité).  


L’œil est l’un des organes les plus exposés au vieillissement car il est exposé à la lumière de dix à cent fois plus que la peau. Il est soumis plus que tout autre organe au stress radicalaire et au vieillissement mécanique (lorsque le cristallin perd de son élasticité).

Comment peut-il se défendre ?

Pour se protéger de la production de radicaux libres l’œil dispose naturellement d’une défense antioxydants.

  • grâce aux filtres naturels que sont le pigment de l’iris, l’opacification du cristallin et le pigment maculaire.
  • grâce à trois enzymes (superoxydes dismutase, catalase et glutathion peroxydase)
  • grâce à la présence de substances piégeuses des radicaux libres. Il y a quarante fois plus de vitamine C dans l’œil que dans le plasma sanguin ; la région centrale de la rétine où la vision est la plus fine, concentre la lutéine et la zéaxanthine à un degré nulle part atteint ailleurs dans le reste de l’organisme…
     

La vie moderne condamne l’œil

Malgré les différentes protections naturelles dont l’œil dispose, il est aujourd’hui incapable de combattre les différentes agressions que lui fait subir notre mode de vie moderne. Passé 60 ans, on échappe de plus en plus difficilement à ce que l’on appelle la cataracte qui est simplement une opacification du cristallin. Enfin, depuis peu, on constate une multiplication des cas de dégénérescence maculaire liée à l’âge.

La prévention devient quasiment obligatoire

Différents compléments alimentaires peuvent toutefois enrayer la progression de la maladie. Mais, pour bien faire, il faudrait en prendre dès l‘âge de quarante ans, alors qu’aucun signe inquiétant n’est apparu. Adapter son régime alimentaire peut être efficace. On privilégiera alors :

  • Vitamine A (œufs)
  • vitamine C (agrumes)
  • vitamine E (huiles végétales)
  • Zinc (huîtres)
  • Bêta-carotène (jus de carotte)
  • Lutéine et zéaxanthine (légumes à feuilles vertes)
  • Oméga 3 (poissons gras)

La phytothérapie de prévention

Pour accroître l’effet d’un régime alimentaire légèrement modifié selon les indications ci-dessus, il est possible de pratiquer une prévention douce au moyen de diverses plantes qui, sans être classées dans les compléments alimentaires pourront avoir une action de prévention douce. On choisira par exemple : 

  • La myrtille
    C’est le remède le plus traditionnel… et l’un des plus efficaces en prévention. On trouve toute l’année des baies surgelées ou des baies sèches pour réaliser des infusions. Dans les magasins bio, on peut se procurer des ampoules de myrtille bio  qui contiennent un jus obtenu par extraction à froid pour respecter l’intégrité et la naturalité de la plante. Faire des cures de vingt jours quatre fois par an (dont deux avant et après l’été). Plus simple, prenez des gélules de myrtille. Choisissez un extrait de myrtille titré à au moins 20% d'anthocyanidines. Comme ici
     
  • Le lyciet de Chine
    Les Anglais, l’appellent wolfberry (baie de loup) car cette petite baie améliore la vision nocturne. En Chine, c’est un remède pour soigner le foie (dont la porte vers l’extérieur est l’œil) et améliorer la vision. On achète ces baies dans les magasins de produits asiatiques et on les consomme comme des raisins de Corinthe. Cette baie est aussi parfois présentée en poudre (avec une concentration nettement supérieure). On en trouve sous le nom de Lyciet Vision (baies de goji).

Les nutriments essentiels

Parallèlement, la médecine naturelle propose des compléments alimentaires qui permettent dans une proportion intéressante de ralentir l’évolution de cette maladie, voire de la stopper et d’éviter un certain nombre d’interventions.

Les oméga 3

De façon générale, il faut apporter les acides gras polyinsaturés oméga 3 à longue chaîne (EPA et DHA) qui sont des constituants naturels des cellules visuelles, aussi fragiles qu’indispensables. Vous pouvez opter pour des oméga 3 issus de poissons mais il faut que le rapport EPA/DHA soit de 7. Il existe aussi des oméga 3 végétaux (l'huile de périlla est la meilleure). Veillez aussi à ce que les gélules doivent contiennent un antioxydant (vitamine E généralement, ou huile essentielle de perilla).

Les vitamines

  • La prise de lutéine (à raison de 10 mg par jour) pendant trois mois induit une augmentation considérable de la densité pigmentaire de la macula lutea chez des personnes porteuses de dégénérescence maculaire (DMLA) 
     
  • La complémentation alimentaire par une association de bêta-carotène, de vitamines C et E et de zinc fait régresser la perte de vision de 19 %. Les résultats de cette association se sont révélés supérieurs à ceux de la prescription seule du complexe de vitamines ou de zinc.
     
  • Par ailleurs, plusieurs études réalisées sur des rats ont démontré que l’astaxanthine (issue de l'algue Haematococcus Pluvialis) était capable de traverser la barrière hémato-cérébrale. À l’université de Rochester (USA), on étudie également les effets de cette substance et on considère qu’elle est bénéfique dans la prévention des lésions neuronales associées à la DMLA. Il existe un complément alimentaire baptisé Visio-One qui propose, pour chaque gélule, 4 mg d'Astaxanthine pure et 10 mg de vitamine E.