Cancer : l’hypnose, un invisible soutien

On connaît de l’hypnose ses prouesses dans le traitement des traumatismes ou de certaines addictions. Mais l’hypnose peut aussi se révéler très utile pour accompagner une personne atteinte de cancer. Elle agit non seulement comme un véritable soutien mais peut aussi l’aider à comprendre en profondeur sa maladie.

Il est désormais admis qu’une aide psychologique est importante pour la personne à qui on annonce un cancer. De même, on sait l’importance du moral de la personne pour avancer sur son chemin de guérison. Plus concrètement, un soutien est nécessaire afin de préparer aux éventuelles opérations chirurgicales, afin de faire suite aux traitements adjuvants, souvent pénibles et qui changent profondément le quotidien.

Sur ces différents aspects, l’hypnose peut être utile pour les personnes atteintes. Cette technique, qui permet d’agir sur l’inconscient, fait non seulement œuvre de soutien psychologique, mais elle permet d’aller plus loin.

 

De la biologie à la psychologie

On peut se demander pourquoi une personne tombe malade. Bien sûr, beaucoup de personnes mangent mal, fument, vivent dans un milieu pollué ou sont exposés à des substances nocives, telles que la radioactivité, les ondes, etc. Malgré cela, tout le monde n’est pas atteint de cancer. On pourrait se dire aussi que ce sont les personnes les plus fragiles qui tombent malades. Mais, là aussi, vous avez certainement connu autour de vous des gens qui allaient parfaitement bien, sportifs, qui menaient une vie saine et qui, tout à coup, se retrouvaient terrassés par cette maladie.

À défaut d’explication médicale satisfaisante, les spécialistes de la psychothérapie émettent l’hypothèse qu’un déclencheur psychologique puisse agir sur le corps. On connaît la médecine psychosomatique, qui étudie les interactions entre le corps et l’esprit. Sa facette scientifique étant la « psycho-neuro-immunologie ». Parallèlement à ces disciplines, l’hypnothérapie est certainement l’approche psychothérapeutique qui concilie avec le plus de force l’interdépendance de la biologie et de la psychologie. C’est pourquoi, l’hypnose thérapeutique est un outil privilégié pour l’accompagnement de personnes souffrant de maladies physiques lourdes, telles que le cancer.

Accéder à son inconscient

Comment une personne peut-elle agir sur ses mécanismes psychologiques profonds ? Comment peut-on avoir une influence positive sur le corps ? L’état d’esprit d’une personne peut influencer son mieux-être, et donc sa guérison. C’est là qu’intervient l’hypnothérapie. L’hypnose offre au thérapeute et à la personne qu’il accompagne un langage ou plutôt une structure de langage adaptée pour communiquer avec cette partie cachée de l’esprit : l’Inconscient.

 

Soulager les peurs

Par cette technique, le thérapeute va aider la personne à faire le ménage dans ses émotions, et dans les causes psychologiques probables des faiblesses physiques qui ont conduit à la maladie. Le calme retrouvé, le ménage fait dans son esprit, le patient est mieux à même de gérer son traitement et sa convalescence. Que ce soit à l’hôpital ou à la maison, ses rapports avec son entourage, ses peurs, seront soulagées. Et si besoin, en consultation le thérapeute pourra l’aider à mieux supporter la douleur grâce aux anesthésies hypnotiques.

Par ailleurs, en apprenant à communiquer avec son inconscient, le patient ne sera plus passif face à sa maladie. Ayant accès à sa base de données intérieure, il pourra potentiellement en modifier les paramètres symboliques et ainsi agir substantiellement sur sa santé, comme sur sa vie en général. En collaboration avec l’équipe médicale, l’hypnothérapeute pourra aussi participer à résoudre des soucis ponctuels, comme la peur des seringues, la difficulté à dormir à l’hôpital ou l’impossibilité d’avaler les gélules, parfois imposantes, nécessaires au traitement. L’hypnothérapeute s’occupera de l’interaction corps-esprit tandis que le médecin s’occupera du corps. Les deux s’aidant mutuellement et se complétant.

 

L’hypnose peut-elle aider tout le monde ?

En théorie, oui. En pratique, malheureusement non. Car l’hypnose n’agit que par le biais de l’esprit de la personne. Elle ne s’avale pas comme une gélule, avec un peu d’eau. C’est le patient qui est le maître du jeu. Cela signifie qu’une collaboration doit s’instaurer avec l’hypnothérapeute. Si le patient, par disposition d’esprit ou par convictions personnelles envers la psychologie ou la psychothérapie, résiste d’une façon ou d’une autre, les actions du thérapeute resteront sans effet. L’hypnothérapeute n’est pas un magicien. Mais il apprend à la personne malade à interagir avec son corps et son esprit. Mais c’est bien la personne malade qui, dans tous les cas et quel que soit l’outil, avance sur le chemin face à sa maladie.

 

À lire :

 

En savoir plus :

  • Institut français d’Hypnose humaniste et ericksonienne (IFHE), www.ifhe.net.

Olivier Lockert