Donnez-vous du moût

Un grain de sable – antibiothérapie, stress, alimentation inadaptée – et c’est notre flore, clef de voûte du système immunitaire, qui en pâtit. Lorsque le microbiote éternue, c’est tout le métabolisme qui tousse. Rétablir l’équilibre acido-basique devient primordial et, avec l’aide du moût du pain, un jeu d’enfant.

Nous l’avons largement abordé dans notre dossier (Pratique de Santé n° 62), le microbiote intestinal – que l’on appelait flore – est essentiel à notre organisme. Les études qui lui sont consacrées se succèdent pour mieux comprendre les inter­actions de ces bactéries avec les millions de neurones de notre « deuxième cerveau ». Pour ne citer qu’une expérience, des chercheurs ont placé deux souris dans un environnement inconnu d’elles. Ayant grandi dans des conditions identiques, elles ont le même âge et sont de la même espèce. L’une a un microbiote « stérile », l’autre normal. La première, casse-cou, ne prend aucune précaution. La seconde adopte le comportement prudent d’un animal qui risque sa vie à tout moment.

Une clef de voûte fragile

Hypothèse : ce comportement serait peut-être moins dû à l’éducation et au mimétisme qu’aux bactéries colonisant notre intestin et qui, communicant avec ses cellules, mettent tout en œuvre pour que le corps dont elles sont les hôtes reste en vie.
Cette hypothèse dévoile l’extraordinaire champ d’investigation que représentent les microbiotes. En attendant d’en percer tous ses mystères, nos connaissances mettent en avant leur importance cruciale dans le système immunitaire puisque la seule flore intestinale contient près des trois quarts de ses cellules. Autant dire qu’un dérèglement, par exemple acido-basique, et c’est toute la belle architecture de notre organisme qui est ébranlée, entraînant des réactions en chaîne. La synthèse des vitamines B et K et des enzymes est altérée, les remparts immunitaires s’affaiblissent faisant le lit d’allergies et d’intolérances (rhinites, eczéma, asthme, psoriasis), de terrains inflammatoires (infections ORL, cystite) et de maladies auto-immunes ou de troubles de l’humeur.


Notre pain quotidien

Et si, pour rétablir ce fragile équilibre, il fallait revenir au pain ? Attention, pas n’importe lequel, et pas n’importe comment. Car il est loin le temps où l’on consommait entre 1,5 kilo et 3 kilos de pain par semaine sans souffrir de maladies métaboliques. Avant 1950, les céréales étant saines le pain offrait l’essentiel des besoins en vitamines, enzymes, oligo-éléments et minéraux divers. Il faut donc un pain complet spécial, élaboré à partir de blé, de seigle et d’avoine de culture biologique dont on va tirer le jus par fermentation avec des lactobacilles acidophiles. Prouesse, le moût de pain est le seul produit fermenté qui présente un parfait équilibre entre les familles de bactéries lactiques lévogyres (L ou -) – qui à haute dose sont un poison – et dextrogyres (D ou +). C’est cet équilibre unique qui accélère le rétablissement de la balance acido-basique du microbiote, les micro-organismes ainsi créés par le pain ayant des pouvoirs défensifs et de dégradation extrêmement puissants.

En cure d’un mois minimum (ce qui correspond à trois bouteilles), la consommation quotidienne de ce jus – baptisé NM Flore, il contient quelque 50 millions de bactéries par millilitre – agit sur la stabilisation de la flore intestinale et la stimulation de la digestion. Antiallergique, antirhumatismal, il participe à la désintoxication des émonctoires (foie, rein, épiderme), il fortifie le système immunitaire et agit comme antidépresseur. Entre autres bienfaits. Produit miraculeux ? Non, le miracle est en nous. Il suffit de l’aider à se révéler. 
 

Info et points de vente : 

NM Flore
La Vie naturelle
Tél : 0 800 40 46 00,
Site : www.la-vie-naturelle.com
Remise de 20 % pour les membres