La thyroïde en médecine traditionnelle chinoise

La thyroïde, située à la base du cou, est la plus volumineuse des glandes endocrines. Elle secrète des hormones, notamment la T3 (triiodothyronine) et la T4 (thyroxine) qui agissent aussi bien sur la gestion de l’énergie dans le corps que sur la régulation de la température et du rythme cardiaque ou les fonctions cérébrales. En cas de suractivité de la glande, on parlera d’hyperthyroïdie et à l’inverse, en cas de ralentissement, d’hypothyroïdie.


Cette production d’hormones thyroïdiennes est stimulée par une autre hormone, la thyréostimuline (TSH), sécrétée par l’hypophyse. On détecte d’ailleurs les problèmes de thyroïde en mesurant le taux de TSH dans le sang. Même au tout début d’un dérèglement thyroïdien, le taux de TSH est souvent anormal. S’il est trop élevé, c’est une hypothyroïdie car l’hypophyse réagit au manque d’hormones en secrétant davantage de TSH pour tenter de stimuler la thyroïde. Et, à l’inverse, un taux de TSH bas annonce une hyperthyroïdie. Ces dérèglements peuvent être dus à une malformation fœtale, une carence en iode, certains médicaments ou traitements (chirurgie, radiothérapie…), aux grossesses successives, à la ménopause ou encore à un choc émotionnel… Dans tous les cas, en médecine traditionnelle chinoise (MTC), les problèmes de thyroïde sont associés à un dysfonctionnement du rein.

La thyroïde et le rein

Il existe douze organes-entrailles en MTC qui interagissent les uns avec les autres. Chacun d’eux correspond à une fonction physique mais également émotionnelle. La thyroïde est toujours liée au rein car c’est l’organe-entraille qui la « gouverne ». Le rein est le moteur de tous les mouvements du corps, il régule sa température et maintient l’énergie vitale. Il régit les fonctions émotionnelles de la peur, l’angoisse, les phobies et la mémoire. Un vide de yin [voir en fin d’article] du rein est associé à l’hyperthyroïdie (insomnie, crainte de la chaleur, transpiration nocturne, perte de poids, soif permanente, irritabilité) et un vide de yang du rein à l’hypothyroïdie (apathie, hypersomnie, frilosité, transpiration spontanée, prise de poids, rétention d’eau).

Les autres organes

Trois autres organes sont impliqués :

  • Le foie, pour sa fonction émotionnelle liée à la colère, l’irritabilité et le stress.
  • La rate, pour sa gestion des « chairs », c’est-à-dire tout ce qui, dans le corps, structure et lie les différents éléments (organes, os…) entre eux et de la digestion.
  • Le poumon, pour son rôle de gardien de la peau et du système immunitaire. Ces organes agissent en binôme, entraînant certains symptômes associés aux problèmes de thyroïde :
  • La liaison rein/rate : elle aura une incidence sur le métabolisme et la digestion. Le dysfonctionnement du rein provoque dans certains cas celui de la rate. Elle sera alors responsable de la mauvaise digestion, du manque d’appétit, d’une sensation de corps lourd et de la variation de poids (prise de poids en cas d’hypothyroïdie et perte pour l’hyperthyroïdie).
  • La liaison rein/poumon : toujours dû au rein, le dysfonctionnement du poumon sera notamment à l’origine des problèmes de transpiration associés aux pathologies thyroïdiennes en raison d’une ouverture trop importante des pores. Il sera d’ailleurs responsable de tous les écoulements excessifs des liquides organiques vers l’extérieur (urine, selles, flux nasal…), aggravant ainsi la perte de Qi [voir encadré] et favorisant l’agitation mentale, les palpitations, la baisse des facultés intellectuelles et l’état d’introversion.
  • La liaison foie/rate : lors d’un choc émotionnel, le Qi du foie peut se bloquer ; on dit alors que le fils foie se rebelle contre sa mère rate. Son énergie se met à circuler à contre-courant. La rate étant entravée dans sa fonction, elle fabrique des glaires qui, par l’énergie contraire du foie, vont remonter et former dans la gorge un goitre ou des nodules.

Le chemin de la guérison

Des taux anormaux de TSH, T3 ou T4, signes d’une dysfonction thyroïdienne, sont en MTC les révélateurs d’un blocage énergétique [voir encadré] déjà installé depuis longtemps. Le but de la pharmacopée chinoise est de créer, grâce à des remèdes à base de plantes, un environnement favorable pour que la thyroïde fonctionne à nouveau normalement en traitant la partie psychoémotionnelle et en fortifiant le terrain.

  • le facteur psychoémotionnel

Les troubles de la thyroïde sont souvent provoqués par un choc émotionnel qui peut bloquer l’énergie du foie, organe qui gère la colère, l’irritabilité, le stress et le deuil non fait. Dans le cas d’une hypothyroïdie au stade précoce, on peut observer une augmentation de la TSH sans que le niveau de T3 ou T4 ne varie. Ceci prouve que le dérèglement thyroïdien est bien d’origine hypophysaire, la stimulation excessive de l’hypophyse étant en fait le résultat d’un blocage du Qi du foie. Or le traumatisme aura d’autant plus d’impact chez un sujet ayant un terrain faible, c’est-à-dire un vide de rein important. Qu’il soit yin ou yang, ce vide offrira un milieu propice au développement des affections de la thyroïde dues aux troubles psychoémotionnels. Un sujet ayant un vide de yin du rein ira plutôt vers une hyperthyroïdie, alors qu’un vide de yang du rein entraînera plutôt une hypothyroïdie.

  • Le traitement

Le but des traitements en MTC est donc de tonifier le rein (yin pour l’hyperthyroïdie et yang pour l’hypothyroïdie), débloquer l’énergie du foie, nourrir le sang pour lui redonner une meilleure qualité, dissoudre les mucosités pour les nodules et les goitres, tonifier le yin ou le yang de la rate, et enfin tonifier le yin ou le yang du poumon.

Il existe trois formules en médecine traditionnelle chinoise :

  • En cas d’hyperthyroïdie, prendre Zhi can (Hyperthyrocalm, composé de ginseng, liriope, rehmannia, jujubier, graines de chanvre, cannelier) qui travaille sur le vide d’énergie du rein et du sang.
  • En cas d’hypothyroïdie, prendre Ba wei (Hypothyrocalm, composé de pivoine, aconit, plantain, igname, évodie) qui travaille sur le vide de yang du rein et de la rate.
  • En cas de goitre ou de nodules, prendre Xiang bei (Noducalm, composé de plantain, livèche, atractylode, souchet, jujubier, mandarine, angélique) qui va traiter l’accumulation de mucosités et le vide de Qi de la rate et du rein. Ces traitements sont à suivre de trois à six mois à raison de 4 gélules par jour, à ne jamais prendre le soir.

Les blocages énergétiques

L’énergie vitale, appelée Qi, se déplace dans le corps en empruntant des canaux, les méridiens. Le Qi se divise en deux types d’énergie, le yin et le yang, qui s’opposent dans leur principe et se complètent dans leurs manifestations. Si l’énergie yang exprime ce qui est actif, rapide, masculin, sec, dur, l’énergie yin représente ce qui est passif, lent, matériel, mou, humide. Le yin est la matière et le yang ce qui l’anime. Si le Qi se bloque à certains endroits, notamment lors d’un choc émotionnel, l’énergie peut alors stagner dans un trop-plein (de yin ou de yang) ou, à l’inverse, laisser passer trop d’énergie, créant ainsi un vide (de yin ou de yang). Ces dysfonctionnements dans la circulation de l’énergie sont toujours à l’origine des troubles et des pathologies.

Zhi Can, Ba Wei, Xiang Bei
L’Orient-Bimont
BP 30
26160 La Bégude-de-Mazenc
Tél. : 04 75 00 95 43
Site : www.orient-bimont.com
 

 

À découvrir :

 

 À lire :
  • notre hors-série de Pratiques de Santé : "THYROÏDE"