• vitamine-D-principes-de-sante.com

La vitamine D : qui doit absolument se supplémenter ?

On sait aujourd’hui que la vitamine D a une action plus large que celle connue sur les os  : stimulation de l’immunité, action antivirale, prévention de l’ostéoporose, des troubles cardiovasculaire, du diabète, de certains cancers ainsi qu’une action sur les muscles. Or nous ne parvenons pas à faire le plein de cette vitamine. Les raisons sont multiples : insuffisance d’exposition au soleil, troubles de l’absorption intestinale, régime alimentaire inadapté et, en vieillissant, un organisme qui la synthétise moins bien. Des recherches sont menées pour mettre au point des compléments nutritionnels naturels et non synthétiques.


Si huit Français sur dix sont en déficit entre fin septembre et fin avril et ont recours à une supplémentation pour combler ce manque, il est souhaitable que cette supplementation se fasse de manière optimale. Les doses actuellement recommandées sont basses : 200UI par alors qu’il en faudrait 2000UI selon les spécialistes de la vitamine D.

Qui est le plus touché ? Les personnes vivant  en institutions

Les carences les plus importantes ont été observées chez des personnes âgées placées en institutions: maisons de retraite, foyers, hôpitaux, longs séjours, etc. Ces personnes sortent peu ou pas du tout, et ne s’exposent pas suffisamment au soleil. La production de la vitamine D par notre corps se fait uniquement par l’exposition directe de la peau aux rayons UV du soleil, et uniquement d’avril à septembre. Une moindre exposition toute l’année peut entraîner un déficit chronique, voire une carence. L’apport de vitamine D par l’alimentation est très faible et ne compensera pas l’exposition au soleil.
 

Diabète 

Les personnes diabétiques ont généralement des taux très bas tout au long de l’année, même en période estivale.
 

Vêtements couvrants = danger 

Les personnes qui pour des raisons religieuses ou autres portent constamment des vêtements très couvrants ont un risque de carence chronique non seulement à l’automne et en hiver mais aussi au printemps et en été. Des études menées dans deux pays du Maghreb et à Lyon ont montré des carences importantes dans la population féminine tout au long de l’année.

Médicaments 

Nous savons aussi que certains médicaments comme les corticoïdes, les traitements de l’ulcère de l’estomac, les médicaments contre l’obésité (Orlistat) entraînent des carences. 

Le surpoids 

Les obèses ou les personnes en surpoids ont un besoin plus important en vitamine D compte tenu de leur corpulence, mais ce sont celles qui s’exposent le moins au soleil, car elles ont du mal à le supporter, et sont gênées par le regard que les autres portent sur leur physique.

Les peaux foncées 

Les personnes qui ont une peau très foncée ou noire, synthétisent moins bien la vitamine D, et devraient surveiller leur taux régulièrement. À noter que les peaux noires ou très foncées forment écran aux rayons UV entraînant la plupart du temps une moindre production de vitamine D. Les personnes de peau foncées vivant dans la moitié nord de la France sont les plus touchées.

Qualité de la peau 

 En vieillissant, la peau perd de sa capacité à synthétiser la vitamine D3. On estime que, au-delà de 60 ans elle perd entre 25 et 35% de son potentiel. 

L’habitude de se protéger systématiquement du soleil avec des crèmes «écran total» ces dernières années, contribue à la diminution des apports de vitamine D.

Surtout pour les personnes à la peau claire qui ne s’exposent pas ou peu au soleil par peur des coups de soleil, leur peau rougit rapidement et cherchent l’ombre en plein été. 

Ces personnes très sensibles au soleil ont une peau extrêmement blanche, des cheveux blonds, ou roux, des yeux bleus ou verts. Leur peau ne bronze pas ou peu et brûle facilement.

Les doses quotidiennes sont à adapter,  généralement comprises entre 800 UI et 1500 UI ou plus si nécessaire.

S’il est préférable de faire un dosage de vitamine D par une prise de sang, il convient aussi de se rassurer que le caractère dangereux que l’on prêtait il y a encore quelques temps à la vitamine D, est tout relatif et la toxicité n’apparait que pour des doses impressionnantes jusqu’à 500000 UI à 1.000000 UI.

Attention, pour les supplémentation des nourrissons, il faut absolument éviter certaines spécialités comme Uvestérol qui contiennent une quantité nocive et inutile d'excipients.

Il existe depuis peu un nouveau complément alimentaire naturel qui peut contribuer à corriger les insuffisances en vitamine D, sans passer nécessairement par la vitamine D de synthèse ou par les huiles de foie de poisson de plus en plus difficiles à obtenir en raison de la baisse catastrophique des ressources  marines traditionnelle. Il s’agit d’une innovation, basée sur la constatation ancienne que l’on peut favoriser la concentration de la vitamine D dans les organismes végétaux ou dans les levures en les soumettant aux UVB. Cette source de vitamine D naturelle était restée en retrait, car la vitamine de synthèse avait pris le pas sur la naturelle, puisque bien moins onéreuse à produire. Mais comme depuis quelques années, de plus en plus de personnes rejettent le synthétique et préfèrent le naturel, cette source de vitamine D peut représenter une alternative. On peut trouver actuellement sur le marché deux sortes de vitamines D naturelles : la vitamine D2 et la vitamine D3

Infos et points de vente :